CGT, FO et SOLIDAIRE opposés au travail de nuit et à la remise en cause du repos dominical

  • REPOS DOMINICAL oui, TRAVAIL DU DIMANCHE non

CGT 75 - FO 75 - SOLIDAIRES 75

12 « Zones Touristiques Internationales » et 11 gares SNCF (sur 12) où les magasins seraient autorisés à employer des salariés le dimanche : les projets de décrets et d’arrêtés de mise en œuvre de la loi Macron ont fait tomber les masques. Même si le Gouvernement continue de s’en défendre, nous sommes bien en présence d’un processus de généralisation du travail le dimanche et de banalisation du travail de nuit.

Les premières victimes de ce processus sont les salariés du commerce, majoritairement des femmes qui travaillent au Smic et très souvent à temps partiel. Beaucoup d’autres professions sont aussi concernées, directement ou indirectement : les transports, le gardiennage, le nettoyage, les crèches et bien d’autres.

Prémices de la volonté plus large de remettre en question le droit du travail en s’attaquant au code du travail lui-même, ces textes fragilisent aussi les des petits commerces, créent des nuisances importantes pour les riverains des zones concernées et remettent en cause le jour de repos commun dont bénéficie une majorité très large des salariés.

Pour faire adopter la loi par l’Assemblée nationale le ministre de l’économie a eu recours à 3 reprises de l’article 49-3 de la Constitution. Les décrets et les arrêtés qui concernent la Capitale ignorent la position réaffirmée à maintes reprises par la majorité des organisations syndicales.

Méthodes autoritaires, destruction de la protection des salariés du commerce, conséquences néfastes sur de nombreuses professions, pour la diversité du commerce, pour les habitants et pour l’ensemble de la société, au seul bénéfice des actionnaires des grands groupes de la distribution : nos organisations ne sauraient donner qu’un avis très négatif contre ces projets de décrets et d’arrêtés et mettront tout en œuvre pour leur retrait. Nous continuons d’exiger que les exceptions au repos du dimanche et la nuit soient réservées aux situations où la continuité de l’activité économique est nécessaire ou pour des services indispensables d’utilité sociale.

Elles appellent à agir dans l’unité la plus large contre ces projets destructeurs et pour en obtenir le retrait.

Fait à Paris le 7 septembre 2015

CGT, FO et SOLIDAIRE opposés au travail de nuit et à la remise en cause du repos dominical
FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO