1 des 6 fantasmes du MEDEF

  • REPOS DOMINICAL oui, TRAVAIL DU DIMANCHE non
  • Revue de presse

3. Travailler le dimanche doperait le tourisme et le commerce

Troisième rengaine, qui a même gagné le gouvernement cette année : il faut « libérer » le travail du dimanche. Aux yeux du patronat, celui-ci est évidemment trop réglementé, trop limité. Deux arguments sont avancés en parallèle. Le premier est celui du tourisme, avec cette phrase entendue partout : « Le dimanche, les touristes prennent l’Eurostar pour faire du shopping à Londres. » Le second concerne le commerce en général : cette fois-ci, ce sont bien les Français que l’on empêcherait de consommer le septième jour de la semaine, et que l’on inciterait donc à aller faire leurs courses sur Internet. Dans les deux cas, la conclusion du Medef est la même : « Ouverture le soir et le dimanche. » Avec bien sûr, à chaque fois, des myriades d’emplois à la clé : ouvrir le dimanche, avec d’autres propositions, permettrait de créer « 50 000 à 200 000 emplois » dans le tourisme et « 40 000 à 100 000 emplois » dans le commerce et la distribution.

 

Addition ou transfert ?

Mais les études sur le sujet viennent immédiatement calmer l’euphorie patronale. Le Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) a travaillé un peu plus sérieusement que le Medef sur le sujet. Et ses conclusions surprendraient Pierre Gattaz. Selon le Crédoc, une plus large ouverture des commerces le dimanche aboutirait à... la suppression de 7 000 à 15 000 emplois dans l’alimentaire, et de 5 000 emplois dans les autres secteurs ! Principales victimes : les petits commerces, qui plieraient face aux grandes surfaces. Car ce que semble oublier le Medef, c’est que ce que l’on consommerait le dimanche ne s’ajouterait pas forcément à ce qui est consommé les six autres jours de la semaine : on pourrait simplement reporter sa consommation du jeudi au dimanche, par exemple...

Bon prince, le Crédoc teste néanmoins l’hypothèse du Medef, qui voudrait que « l’exposition à l’offre » plus large suscitée par l’ouverture dominicale incite davantage à la consommation. Dans ce cas, le centre de recherche estime à environ 15 000 le nombre d’emplois créés. Mais à condition que les touristes consomment plus qu’aujourd’hui et que le taux d’épargne diminue. En clair, ce n’est pas gagné. Et c’est très loin des emplois par dizaines de milliers que le Medef fait miroiter. 

JPEG - 1.3 Mo
Manifestation de salariés de Castorama et de Leroy Merlin en faveur de l’ouverture dominicale. © Pascal SITTLER / REA

_____________________________
l'intégrale des 6 fantasmes :
http://www.force-ouvriere.fr/les-six-fantasmes-du-medef
FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO