Dimanche : l'arbre qui cache la forêt

C'est reparti pour les attaques sur le repos dominical !

Un sondage commandé par de grandes enseignes
(GROUPE GALERIES LAFAYETTE, FNAC) fait apparaître
que plus de 70% des consommateurs résidant en France
souhaitent aller faire leurs courses dans les magasins le
dimanche. Sauf que 88% des salariés résidant en France
sont contre le fait de travailler régulièrement le dimanche…

Et, dans une belle cacophonie, députés UMP et
gouvernement y vont de leurs propositions :
· Ouvertures des magasins un dimanche sur deux ;
· Salariés pouvant travailler un dimanche sur deux ;
· Réglementations différentes selon la taille des
agglomérations ;
· Examen au cas par cas.

Mais pour l'instant tous ces "libérateurs" du salarié et du
consommateur ne reprennent en aucune façon la lettre de
mission donnée par le Président de la République à son
Ministre de l'économie qui stipule dans son 4ème alinéa :
"autorisation du travail le dimanche pour les salariés
volontaires".

Et c'est là où nous disons que le travail le dimanche est
l'arbre qui cache la forêt, on ne parle plus ici de commerce,
tous les secteurs sont concernés.
Que sera le volontariat des salariés des autres secteurs ?
Le même que celui des salariés du commerce : inexistant !

Fin du fin, toujours dans la même lettre de mission, le
président constate que : "S'il y a tant de travailleurs
pauvres, c'est parce que le travail ne paie plus assez et est
de plus en plus précaire". Or, nous savons pertinemment
que le travail dominical est très souvent réalisé par des
salariés à temps partiel et que les patrons n'ont
aucunement l'intention de payer des salaires corrects car le
travail dominical, avec ses majorations, deviendrait trop
cher pour eux.

Ce n'est pas la défiscalisation des heures travaillées le
dimanche qui favorisera les salariés. Au contraire, cette
manoeuvre a pour but de priver la sécurité sociale de
recettes, pour favoriser toujours plus les vrais libéraux que
sont les assureurs. Ceux-ci ne veulent toutefois pas assurer
les risques lourds. C'est certainement cette raison qui a
conduit le gouvernement à faire payer aux malades (qui
semblent pour lui être tous des fainéants et des fraudeurs)
le coût de la maladie d'Alzheimer.

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO