Info UD FO 75


Ouverture le dimanche: le danger se précise.

Le gouvernement veut légiférer sur l'ouverture des magasins le dimanche, début 2008.

Nous prévoyons de légiférer début 2008 sur ce sujet", a déclaré Luc Chatel, secrétaire d'Etat à la Consommation. Pour lui, la situation en France est "un peu paradoxale". "Dans certaines grandes agglomérations, des commerçants ont la volonté d'ouvrir leurs magasins" le dimanche mais il y a "un blocage administratif qui fait qu'on ne peut pas" le faire, a-t-il expliqué. "Le but du gouvernement, c'est de libérer tout cela", a-t-il poursuivi.
Lors d’une récente conférence de presse, le président de Conforama (PPR) et porte-parole pour l'occasion des 6 enseignes plaignantes, avait déclaré: "La fermeture le dimanche représente une menace grave pour l'emploi, pour notre chiffre d'affaires et pour les habitudes de nos clients. C'est pourquoi nous demandons la suspension des actions menées à notre encontre et l'ouverture de négociations entre l'Etat, les syndicats et nous". Selon leurs responsables, les 60 magasins des enseignes Ikea, Conforama, Alinéa, But, Crozatier, Fly et Atlas en Ile-de-France accueillent sept millions de visiteurs chaque dimanche. Quelque 5.000 personnes travaillent le dimanche dans ces magasins, selon eux.
Le secrétaire d'Etat a indiqué avoir engagé autour du secrétaire d'Etat chargé des Entreprises Hervé Novelli et de la ministre de l'Economie Christine Lagarde "un certain nombre de concertations en rencontrant l'ensemble des acteurs". Il a rappelé que le sujet était "partagé" par le ministre du Travail Xavier Bertrand. "On va avoir des négociations sociales avec les partenaires sociaux pour regarder comment on fait sauter les verrous dans les grandes administrations, les grandes villes, et les zones touristiques pour libérer de la croissance", a-t-il ajouté.
Pas un mot sur les chiffres d’affaires en progression constante des enseignes de l’ameublement ni sur la destruction probable des emplois dans le secteur du petit commerce. Pas un mot sur le fait que la banalisation du travail du dimanche ferait que très rapidement, ce serait une journée payée comme un jour ordinaire.
De plus l’évocation d’une mesure qui toucherait également les grandes administrations et les grandes villes montre bien que nous sommes en plein dogmatisme ultralibéral.
Il n’y a aucune raison économique sérieuse à l’ouverture de magasins le dimanche, rien que la recherche d’un profit supplémentaire dont ne profiteront pas les salariés.


http://udfo75.nuxit.net/
FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO