FO EN APPELLE AUX DEPUTES ET AUX SENATEURS

La FGTA-FO et la FEC-FO qui représentent respectivement les salariés des commerces alimentaires et non alimentaires ont, par un courrier commun, alerté les députés, chargés d’examiner les projets de loi relatifs au travail dominical.

FORCE OUVRIERE s’est engagée dans un combat pour faire respecter le repos dominical. Les différents discours et interventions du Président de la République et de sa Ministre de l’Economie sur la libéralisation du travail dominical nous font craindre une extension de ce travail qui risque de se concrétiser tout d’abord dans le commerce et ensuite sur tous les secteurs.

Nous avons rappelé dans ce courrier que les salariés ne sont jamais volontaires car ils sont toujours contraints économiquement. Il est à noter que la précarité infligée aux salariés sous la forme notamment de temps partiel n’a jamais été soumise au volontariat, les employeurs le refusant obstinément.

Nous avons également rappelé que les conditions de travail et de vie des salariés du commerce étaient déjà fortement dégradées à la suite des ouvertures de plus en plus tardives, et au travail du samedi, qui interdit à la plus grande majorité d’entre eux de bénéficier de deux jours de repos consécutifs.

Seules des augmentations salariales permettraient de relancer la consommation, les consommateurs ne pouvant dépenser plus sans gagner plus.

Quand aux créations d’emplois, aucune entreprise n’annonce d’effets positifs. Au contraire, cette mesure mettra en péril de nombreux petits commerces qui emploient, à eux seuls, plus de 600 000 salariés, notamment en centre ville avec, pour corollaire, une désertification de ces zones indispensables à la vie de la cité.

FORCE OUVRIERE refuse une extension des ouvertures du dimanche déstructurante sur le plan économique et social.

Paris, le 13 décembre 2007

http://www.fecfo.fr/spip.php?article93

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO