Ouverture dominicale des magasins : Parisot pour "8 ou 10" dimanches par an

SOCIAL-DISTRIBUTION-CONSOMMATION-DIMANCHE - 13/12/2007 19h17 - AFP
 

PARIS, 13 déc 2007 (AFP) - La présidente du Medef, Laurence Parisot, s'est prononcée en faveur de l'ouverture des grandes surfaces "huit ou dix" dimanches par an, contre cinq actuellement, dans un interview au quotidien La Croix, daté de vendredi.
Mme Parisot a jugé "indispensable" une réforme de la législation, qui interdit le travail le dimanche.
"Les grandes surfaces notamment doivent pouvoir ouvrir plus facilement, mettons huit ou dix dimanches par an. On ne demande pas tous les dimanches", a indiqué Mme Parisot.
La réforme "ne va pas concerner tous les salariés, mais seulement ceux du commerce et uniquement les salariés volontaires", a-t-elle ajouté, soulignant que 20% des salariés travaillent déjà le dimanche.
"Est-ce que ce ne serait pas dommage de passer à côté de cette création de richesse? Est-ce que ce n'est pas le meilleur moyen d'aller chercher quelques dixièmes de point de croissance?", a-t-elle conclu.
Le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, a affirmé jeudi au ministre du Travail Xavier Bertrand son opposition au travail le dimanche, indiquant que cette question n'était pour lui "pas un sujet de négociation".
Le travail dominical est un des quatre thèmes au menu de la conférence sociale prévue mercredi 19 décembre à l'Elysée, le président de la République Nicolas Sarkozy ayant dit fin novembre qu'il voulait que les salariés souhaitant travailler le dimanche "puissent le faire sur la base de l'accord, du volontariat, qu'ils soient payés le double".
Une vaste réforme de la loi est prévue au printemps 2008.
La présidente du Medef se prononce par ailleurs, une nouvelle fois, en faveur d'un relèvement de l'âge légal de départ à la retraite, actuellement fixé à 60 ans.
"Si on fait partir d'abord les 55 à 60 ans, c'est parce que l'on sait que l'horizon de départ, c'est 60 ans", explique-t-elle. "Déplaçons l'horizon de la retraite à 62-63 ans", suggère Mme Parisot. "C'est un tabou en France mais, dans la plupart des pays voisins, on en est à discuter de 67 ans ou 68 ans", conclut-elle.
Le 29 août, Mme Parisot s'était déjà prononcé en faveur d'un relèvement à 61 ans en 2012, puis 62 ans en 2020.
bow-mat/vdr/sd

 
FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO