Les magasins de meubles peuvent désormais ouvrir tous les dimanches

Les magasins de meubles ont désormais le droit d'ouvrir tous les dimanches. La loi Châtel sur le développement de la concurrence au service des consommateurs qui a été publiée au Journal officiel, vendredi 4 janvier, les y autorise. Dans les faits, peu nombreux sont les établissements à vouloir appliquer une telle disposition, dès ce dimanche. Mais quelques-uns semblent sur le point de franchir le pas.

 

if (provenance_elt !=-1) {OAS_AD('x40')} else {OAS_AD('Middle')}
 
C'est le cas de Conran Shop, à Paris. Jusqu'à présent, ce commerce ouvrait cinq dimanches par an, en vertu de dérogations accordées par la préfecture. Maintenant que le feu vert de l'Etat (ou du maire) n'est plus requis, "nous allons passer à dix", affirme une porte-parole. A terme, la direction du magasin ira peut-être plus loin. "Tout va dépendre de ce qui se passe dans notre environnement immédiat, précise-t-on chez Conran Shop. Si nos concurrents travaillent le dimanche, cela peut créer une dynamique."

Chez Ligne Roset, l'assouplissement de la réglementation va surtout avoir pour vertu de "faciliter les ouvertures" pendant les dimanches qui tombent en pleine "opération commerciale, aux mois de mars et de novembre", explique Patrick Sztajnbok, le directeur commercial. De même, cette entreprise n'exclut pas d'appliquer la loi Chatel à ses points de vente situés dans des zones commerciales de la banlieue parisienne, actives le dimanche. Une telle éventualité ne concernerait que quelques sites, pondère M. Sztajnbok.

 

TRAVAILLER "SEREINEMENT"

 

Quel va être l'impact de la loi Chatel ? Difficile à dire dans la mesure où plusieurs enseignes, telles qu'Habitat, Fly et Alinéa, ne souhaitent pas s'exprimer sur la question. Pour sa part, la Fédération française du négoce de l'ameublement et de l'équipement de la maison (Fnaem) dit ne pas avoir de données à ce sujet. Pour les petites structures situées en centre-ville, le calcul est vite fait : "Ouvrir le dimanche nécessiterait d'embaucher quelqu'un alors que je ne suis pas sûre que cela nous amène beaucoup de clientèle", estime Pascale Poujol, responsable d'un magasin Cinna à Paris.

Une chose est acquise : les distributeurs déjà ouverts tous les dimanches en Ile-de-France, comme Ikea et Conforama, vont le rester. Ces deux enseignes avaient été condamnées à des astreintes pour avoir violé les règles sur le repos dominical. Grâce à la loi Chatel, elles ne feront plus l'objet de telles poursuites et pourront désormais travailler "sereinement", selon la formule d'une porte-parole d'Ikea.

Les deux géants de l'ameublement souhaitent-ils que leurs magasins en province soient également ouverts le dimanche ? "Ce n'est pas prévu pour le moment", indique Conforama. "Il n'y a pas urgence", renchérit une représentante d'Ikea. Mais la donne pourrait changer avec le projet de loi sur "la modernisation de la vie économique". Présenté, en principe, au printemps par la ministre des finances, Christine Lagarde, ce texte doit traiter la question du travail dominical.

Bertrand Bissuel
Article paru dans l'édition du 06.01.08.
FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO