1912 – 2012 : LA SEMAINE ANGLAISE EST À NOUVEAU À L’ORDRE DU JOUR !

1912« Les Travailleurs ont souvenir du grand mouvement syndical qui, en 1906, agita les esprits, souleva les prolétaires de nombreuses corporations.
En conformité d’un Congrès des Syndicats, la classe ouvrière combattit ardemment, en vue de conquérir une réduction de la journée de travail.
La campagne de préparation dura plus de dix-huit mois ; la lutte se prolongea de nombreuses semaines. Elle s’était matérialisée par la formule suivante :

Nous ne ferons plus que huit heures !

La nouvelle formule choisie pour cette campagne sera :

La Semaine anglaise

La semaine anglaise consiste dans l’arrêt du travail le samedi à midi. Ce système existe depuis de nombreuses années en Angleterre ; de là son nom : Semaine anglaise.
Grâce à elle, les salariés ont à leur disposition l’après-midi du samedi. Ils peuvent, durant ces heures, réaliser les achats, jusqu’ici réservés au dimanche. Ils peuvent les consacrer à des distractions intellectuelles et physiques.
Les ménagères, contraintes d’aller à l’atelier et à l’usine, peuvent, grâce au repos de l’après-midi du samedi, se livrer aux occupations du ménage, délaissé durant la semaine. Ce n’est qu’ainsi que, pour les femmes salariés, le dimanche est un jour de repos. (1)
Dans l’application de la Semaine anglaise, les ouvriers et ouvrières trouvent donc des avantages appréciables pour le repos de leur corps et dans l’intérêt de leur famille.
Détruit par l’industrialisation intensive, le foyer familial se reconstitue, grâce à la Semaine anglaise.
C’est pourquoi la Semaine anglaise constitue une réforme nécessaire, indispensable, au point de vue physique, au point de vue social.
De là, le devoir pour la classe ouvrière de s’agiter et de combattre, afin de conquérir la Semaine anglaise.
Disons-le : comme pour toutes les réformes, la Semaine anglaise ne deviendra réalité que sous l’effort des intéressés, par l’action de la classe ouvrière.
En entamant cette campagne, la CGT se donne pour objet c’est bien sa fonction – de discipliner et d’organiser ces efforts et cette action. Elle s’emploiera, au cours des mois qui vont suivre, à donner à l’agitation et à la campagne les éléments de coordination et de cohésion qu’elles exigent.
Par des meetings, par des brochures, par des affiches, par l’image et autres moyens, la CGT s’adressera à la classe ouvrière, avec le concours des Syndicats, des Bourses du travail, des fédérations corporatives.

Agissons tous pour la diminution de la durée de notre présence dans l’atelier et dans l’usine !
Agissons tous pour la Semaine anglaise ! »

(Extrait du Compte-rendu des travaux du Congrès du Havre 16-23 septembre 1912)

2012 sera l’année de la mise en œuvre de la dernière Résolution(2) de la Conférence professionnelle de la Section fédérale du Commerce rédigée et votée à l’unanimité le 29 septembre 2011 à Tours, en particulier sur le repos dominical et le temps de travail, dont nous vous livrons quelques extraits :

« La Conférence Nationale Professionnelle réaffirme que la CGTFO est bien la continuité de la CGT de 1895.

Nous voulons préserver notre héritage légué par Léon JOUHAUX (Secrétaire général de la CGT) porteur de la revendication de la semaine anglaise (deux jours de repos consécutifs) avant 1906.

Nous rappelons l’importance d’utiliser les outils qu’il nous aura légués comme le Bureau International du Travail (BIT) dont il est l’un des cofondateurs. »

« C’est pour cela que la Conférence Nationale Professionnelle encourage toutes les structures de notre Organisation syndicale à continuer de défendre le repos dominical.

Au niveau local et départemental, au niveau national, au niveau International, notre Organisation syndicale doit continuer à être dans la pointe de ce combat.

La Conférence Nationale Professionnelle REVENDIQUE :

  • le repos dominical de tous les travailleurs du Commerce qui leur permet de préserver leur vie personnelle, familiale et associative ainsi que leur santé,
  • le report des heures contractuelles ou non, travaillées le dimanche sur un autre jour de la semaine avec maintien du niveau de rémunération,
  • le droit aux deux jours de repos consécutifs dont le dimanche. »

« La Conférence Nationale Professionnelle REVENDIQUE :

  • la fermeture de tous les magasins à 19 heures au plus tard,
  • l’arrêt du travail de nuit,
  • la prise en compte, dans le temps de travail, des temps de trajet professionnel ainsi que des temps d’astreintes ou de mises à disposition de l’entreprise des salariés,
  • une réduction significative du temps de travail hebdomadaire pour tous les salariés, sans flexibilité ni annualisation, sans gel ni diminution des salaires et avec embauches proportionnelles en CDI, et EXIGE, à cet effet, l’ouverture de négociations dans toutes les branches,
  • le retour du principe de faveur et l’extension des accords de branche sur le temps de travail. »

 

La Section fédérale du Commerce vous souhaite une bonne année et, ensemble, scandons :
« 2012, en avant les revendications ! »


Christophe LE COMTE – Françoise NICOLETTA – Brice BELLON


(1) Concernant la Semaine anglaise qui, pour les femmes, était réservée au ménage le samedi, ne doutons pas que les attitudes ainsi que les habitudes de nos camarades masculins ont bien changé et les tâches ménagères sont également partagées.

C’est, en effet, un premier pas vers l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

(2) L’intégralité de la résolution se trouve sur
 http://fecfocommerce.unblog.fr/resolution/

 

 

la version intégrale du JEC en PDF

http://www.calameo.com/books/000350650fe09aa172373

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO