FO hebdo : "360 Milliards... et le dimanche"

Si les banquiers gagnent sur toute la ligne et retrouvent le sourire, on sait déjà qui va payer. Le gouvernement conforte les financiers en leur apportant toujours plus de crédit. Au même moment, comme par provocation, il pénalise les salariés en permettant à leurs patrons de faire sauter leur jour de repos commun.


Le repos dominical en danger

 

Le travail du dimanche revient sur le devant de la scène, avec une proposition de loi qui pourrait, si elle est adoptée en l'état, saper les fondements mêmes du repos dominical. Le ministre du travail Xavier Bertrand, a en effet indiqué, le 28 septembre, que le texte, qui vise à étendre le travail du dimanche, serait débattu au Parlement d'ici à la fin de l'année. La proposition de loi Mallié, dont l'examen initialement prévu en juin avait été repoussé à une date indéterminée, ressort ainsi du placard. Elle donne la possibilité aux préfets d'autoriser l'ouverture le dimanche des "commerces de détail", mais aussi des "services au public", situés dans "les communes touristiques ou thermales et dans les zones touristiques d'affluence exceptionnelle ou d'animation culturelle permanente". "Il suffira à une entreprise de se trouver dans une zone d'attractivité commerciale –notion nouvelle et vague – pour pouvoir contraindre les salariés à renoncer au repos dominical", explique la section fédérale FO du Commerce.

 

Tous les salariés concernés

 

L'organisation syndicale souligne ainsi que "la proposition autorise le travail du dimanche pour tous les établissements ouverts au public", et qu'elle concernerait donc, outre les salariés du commerce, "ceux travaillant dans les crèches, les banques, les assurances, le personnel détaché dans ces entreprises, etc."

Le 30 septembre, FO Commerce a rappelé son opposition à une loi "qui a pour but de rendre légal ce qui était illégalement pratiqué par certaines entreprises". Une allusion aux zones où ouvertures sauvages et dérogations préfectorales sont récurrentes, comme dans les Bouches-du-Rhône (plan-de-campagne près d'Aix-en-Provence) ou en Île-de-France. Dans le Val-de-Marne, l'Union Départementale FO vient d'ailleurs de déposer des recours contre des dérogations accordées en août à douze enseignes du centre commercial Thiais-Village, dont les magasins Décathlon, FNAC ou King Jouet. Serge Legagnoa, Secrétaire Général de la Fédération FO des Employés et Cadres, a prévenu le 9 octobre que FO attaquerait toutes les grandes enseignes qui ouvrent le dimanche. La bataille du dimanche est engagée.

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO