"... il reparle du travail du dimanche"

Mailly (FO) : Nicolas Sarkozy "n'a pas la vérité sur l'analyse de la crise"

PARIS (AFP) — Le secrétaire général de Force Ouvrière Jean-Claude Mailly a estimé vendredi sur France Inter que Nicolas Sarkozy n'avait "pas la vérité" sur l'analyse de la crise.

"Le président de la République n'a pas la vérité sur l'analyse de la situation de la crise aujourd'hui", a déclaré le syndicaliste, qui a le sentiment que Nicolas Sarkozy "a commencé la lecture du Capital, mais qu'il s'est vite arrêté".

Sur l'international, le président "demande plus de régulation, il dit qu'il faut en finir avec la dictature des marchés et que le monde qui va naître devra être différent", et "quand il arrive sur le plan national, on continue avec les règles du passé, il remet en cause les 35H, il reparle du travail du dimanche", a regretté le syndicaliste.

M. Mailly a jugé que "sur la taxe professionnelle, il faudra vérifier si l'Etat compense bien" pour les collectivités territoriales. Ces dernières "assurent 73% de l'investissement public dans notre pays", a-t-il souligné. "Donc il y a là danger, c'est pas le moment de supprimer" cette taxe, a-t-il dit.

Quant au fonds souverain, annoncé jeudi par le chef de l'Etat, le leader de FO le compare à "un fonds d'intervention" et estime qu'"on est dans la bonne logique". "Maintenant il faudra voir l'utilisation concrète de ce dispositif, comment il sera contrôlé", a expliqué le syndicaliste, persuadé que ce fonds souverain "sera financé par l'emprunt, il ne faut pas se faire d'illusion".

Mais "on ne peut plus dire aujourd'hui +les caisses sont vides ou l'Etat est en faillite+", a estimé M. Mailly. "S'il y a des besoins à satisfaire, il faut les satisfaire, y compris par l'endettement, parce que c'est quand même ce que l'Etat est en train de faire", avec les banques et les PME.

"L'économie réelle, c'est les entreprises, certes, mais c'est aussi le service public (...). S'il faut s'endetter pour maintenir des hôpitaux ça vaut le coup", a-t-il assuré.

Le syndicaliste demande "un plan de relance, à plusieurs volets, sur la consommation, les salaires". "Ce n'est pas ça qui va résoudre le problème, mais l'économie française dépend à 60% de la consommation, si on veut booster l'économie, ça passe par la consommation", a-t-il ajouté.

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO