HALTE AU TRAVAIL DE NUIT ET DU DIMANCHE !

Extrait du Journal
des Employés et Cadres FO
n°6 - octobre 2008

Le scandale a assez duré.

 Les V.R.P. sont-ils des bêtes de somme, corvéables à merci ? On peut se poser la question !

 

Dans les salles d'attente des hypermarchés, les conversations entre V.R.P. reviennent sans cesse sur ce sujet : est-il légal qu'un V.R.P. effectue le travail de maintenance (remplissage de rayons), implantations et réimplantation de magasin, la nuit ou le dimanche ?

Nous répondons fermement : c’est juridiquement illégal !

 

Les Représentants Multicartes sont concernés par le phénomène, comme les Exclusifs.

 

Le Ministère du Travail confirme qu'il s'agit de travail illicite (c'est du travail au noir non rémunéré). La législation qualifie ce travail de clandestin.

Tout représentant est tenu par un lien de subordination envers la société qui l'emploie : IL LUI EST FORMELLEMENT INTERDIT DE TRAVAILLER POUR UN AUTRE EMPLOYEUR ET D'EXERCER SON ACTIVITE EN DEHORS DES HEURES D'OUVERTURE DES MAGASINS ET DES JOURS LÉGAUX DE TRAVAIL.

 

Lorsque nous avons signé, en 1975, la Convention Collective des V.R.P. avec le C.N.P.F., il n'a jamais été prévu que les V.R.P. pourraient travailler la nuit ou le dimanche, pour des travaux de manutention qui n'ont rien à voir avec leur activité de vendeurs.

 

En ce moment, sur toute la France, de plus en plus d'hypermarchés, de supermarchés demandent aux V.R.P., de venir travailler dans leurs rayons, à 5 heures voire à 4 heures du matin, la nuit ou le dimanche.

 

Devant la mansuétude des employeurs, voire leur complicité avec les patrons d'hypermarchés (ils ne se mangent pas entre eux !), l’Union Nationale des Syndicats de V.R.P. et Commerciaux FO a décidé de prendre la situation en mains pour faire cesser ces pratiques.

 

Nous avons alerté le Ministre du Travail.

 

Nous savons quel chantage, les V.R.P. subissent pour aller effectuer ce travail illicite.

 

Si vous êtes, vous-même, sollicité par un magasin pour ce genre de travail, téléphonez immédiatement au secrétariat (06.77.79.06.77).

S'il s'agit d'un travail de nuit ou de dimanche, nous avons impérativement besoin de connaître la date exacte. Il va de soi, que votre identité ne sera jamais divulguée ; mais ces renseignements nous sont indispensables pour intervenir auprès des Inspections du Travail.

 

Il est important que chacun se sente concerné, que chacun comprenne que notre profession est menacée par de telles pratiques, que notre vie personnelle est, elle aussi, menacée. Il ne faut pas avoir une mentalité d'esclave.

 

IL FAUT FAIRE RESPECTER SON DROIT et FAIRE RESPECTER LA LOI.

 

Sinon, les V.R.P. actuels pourront s'inscrire au chômage dans quelques années. Ils seront remplacés par des manutentionnaires qui auront la possibilité de prendre des commandes. Ce n'est pas de la science fiction... Si les V.R.P. continuent à subir sans rien dire, ils scient la branche (leur métier) sur laquelle ils sont assis.

 

En vous défendant, en réagissant, nous défendons vos conditions de travail, mais aussi la démocratie, car dans un pays où les lois sont violées, où.des abus sont tolérés, c'est la démocratie qui est en danger.

 

N’oubliez pas aussi que s'il arrive un accident de trajet (qui peut être mortel ou laisser handicapé à vie) ou un accident dans le point de vente (en réserves par exemple), à un V.R.P. travaillant la nuit ou le dimanche, l'accident du travail ne sera pas reconnu par la Sécurité Sociale, pour la bonne raison que le V.R.P. travaille alors sans ordre de mission de son employeur.

 

Vous pensez bien qu'aucun employeur ne va s'aventurer à signer un ordre de mission écrit pour un travail qu'il sait illicite. Si ce cas, hautement improbable se produisait, les médias s’en feraient l’écho, mais ne rêvons pas…

 

D’autre part, n’oubliez pas non plus qu’un employeur qui laisse faire, ne veut rien savoir, peut parfaitement, en cas de problème et légalement, se retourner contre son représentant et le licencier pour faute grave (travail illicite sans ordre de mission).

 

Un juge prud’homal, fut-il FORCE OUVRIERE, ne pourra rien pour ce V.R.P. qui sera condamné ou, pour le moins, débouté.

 

CETTE AFFAIRE EST SERIEUSE.

AIDEZ-NOUS A LE FAIRE COMPRENDRE A NOS COLLEGUES.

 

Nul n'est censé ignorer la loi. Mais puisqu'elle est bafouée, nous avons décidé, à FORCE OUVRIERE, de la faire respecter, ceci avec les moyens que le code du travail nous donne, dans le but de protéger des abus et des pressions, les salariés et les citoyens que nous sommes.



Pour lire les JEC :
http://www.fecfo.fr/spip.php?rubrique28

pour les coordonnées de la section des VRP FO :
http://www.fecfo.fr/spip.php?rubrique11
FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO