à 70 ans, le dimanche au bord de l'Eau... verdose !

Il n'impose rien, mais met tout en place. Au programme, travail du dimanche et retraite à 70 ans... que des avancées très sociales pour survivre et compléter les bas salaires et les petites pensions.



Travail le dimanche, retraites : François Fillon calme le jeu

NOUVELOBS.COM | 12.11.2008 | 09:26

"Ce ne sera pas une généralisation du travail le dimanche, mais son maintien sur des secteurs très précis", assure le Premier ministre. François Fillon affirme également qu'"il n'est pas question d'imposer la retraite à 70 ans".

François Fillon. Photo prise le 19 octobre 2008

 

François Fillon. Photo prise le 19 octobre 2008

(c) Reuters

 

Le Premier ministre François Fillon a assuré mercredi 12 novembre qu'il ne prévoyait pas une "généralisation du travail le dimanche", mais "son maintien sur des secteurs très précis". Interrogé par les lecteurs du Parisien/Aujourd'hui en France, François Fillon reconnaît qu'il s'agit d'une "un sujet très controversé, y compris au sein de ma famille politique", l'UMP.
"Notre idée consiste à réserver les autorisations de travail le dimanche à quelques secteurs, où les gens travaillent déjà le dimanche - d'ailleurs souvent en situation d'illégalité. Si ce texte est voté, ce ne sera pas une généralisation du travail le dimanche, mais son maintien sur des secteurs très précis : le coeur de Paris, quelques grandes zones touristiques, explique François Fillon. Cela permettrait une expérimentation en vue de répondre à des besoins nouveaux."

"Ni aujourd'hui, ni demain, ni après-demain"

Le Premier ministre se veut aussi rassurant sur l'âge de la retraite. "Il n'est pas question d'imposer la retraite à 70 ans. Ni aujourd'hui, ni demain, ni après-demain", lance François Fillon. "On a choisi de maintenir le droit, pour tous ceux qui le souhaitent, de partir à 60 ans. Ce droit ne sera pas modifié. Mais il y a des gens qui atteignent 65 ans et qui veulent continuer à travailler. (…) L'
amendement qui a été voté prévoit que, avant 70 ans, on ne pourra pas vous obliger à partir à la retraite."
François Fillon reconnaît par ailleurs que la France "s'approche de la croissance zéro" pour 2009, mais il maintient l'actuelle prévision de croissance gouvernementale de 0,2 à 0,5%.

"Tenir les dépenses"

François Fillon refuse de "parler de récession quand on n'y est pas" car "c'est 'casser' inutilement le moral des entreprises, des consommateurs, c'est aggraver psychologiquement la situation."
Interrogé sur ses choix budgétaires face à la crise, François Fillon dit s'accommoder de la hausse prévue du déficit à 3,1%: "Ce n'est pas satisfaisant, mais ce qui compte, c'est de tenir les dépenses". Baisser drastiquement les dépenses publiques ou augmenter les impôts, répète-t-il, conduirait à "amplifier la crise économique".
Il confirme par ailleurs l'objectif d'une croissance "autour de 1%" en 2008.
FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO