une cinquantaine de députés de la majorité disent non

Vendredi 21 novembre 2008

Vous êtes ici : Accueil > Politique

Politique

Publié le 21/11/2008 à 14:12 - Modifié le 21/11/2008 à 14:42 AFP

Travail dominical: une cinquantaine de députés de la majorité disent non


Une cinquantaine de députés de la majorité (Nouveau Centre et UMP) ont signé un appel, paru vendredi dans un quotidien et sur deux sites de presse, pour s'opposer au travail le dimanche, alors qu'un projet de loi sur ce thème doit bientôt être débattu à l'Assemblée.


Une cinquantaine de députés de la majorité (Nouveau Centre et UMP) ont signé un appel, paru vendredi dans un quotidien et sur deux sites de presse, pour s'opposer au travail le dimanche, alors qu'un projet de loi sur ce thème doit bientôt être débattu à l'Assemblée.

"Nous sommes un certain nombre de députés à considérer que le dimanche n'est pas un jour comme les autres, à considérer qu'une société, elle vit aussi de respiration, de rythme, de rendez-vous et c'est un rendez-vous social, le dimanche", à déclaré à l'AFP Marc Le Fur, député UMP de Côtes-d'Armor.

"Il y a déjà des dérogations qui existent et c'est très bien, on peut imaginer éventuellement des choses, mais sur l'essentiel nous sommes attachés à cette respiration sociale et nous considérons que les arguments posés ne sont pas pertinents", a-t-il ajouté.

"Une jeune femme qui vit seule avec ses enfants, comment fera-t-elle pour faire garder ses enfants, il faudra que la crèche ouvre à nouveau le dimanche, par capillarité, on change de société !", a expliqué M. Le Fur, opposant une position "sociétale" à une autre "strictement économique".

"Il y a un débat (au sein du groupe UMP, ndlr), il n'y a pas unanimité, la démonstration est faite", a lancé M. Le Fur, vice-président de l'Assemblée, en réponse à ce qu'avait affirmé le patron des députés UMP, Jean-François Copé, parlant d'un "accord extrêmement large" au sein du groupe UMP.

"Je souhaite que le texte ne soit pas inscrit à l'ordre du jour", a demandé M. Le Fur, en précisant que cette proposition de loi, dont le gouvernement souhaite qu'elle soit examinée dès la "première quinzaine de décembre", n'était pas encore inscrit à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale.

L'appel est paru dans le Figaro, et sur les sites d'Ouest France et de l'Express.

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO