je suis désolé, mais il n'aura pas son jouet pour Noël

FO appelle tous les salariés à se mettre en grève le 29 janvier

PARIS (AFP) — Le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, a appelé vendredi "tous les salariés du public et du privé à se mettre en grève le 29 janvier", estimant que "le gouvernement ne comprend que le rapport de forces".

"Le 29 janvier, tous les syndicats, nous avons décidé d'une manifestation générale. FO appelle les salariés du public et du privé à se mettre en grève. On a un gouvernement qui ne comprend que le rapport de forces, il faut marquer le coup et que le gouvernement comprenne qu'on veut être entendu", a déclaré M. Mailly sur I-Tele.

Cette incitation à la grève fait suite à un appel plus large lancé lundi par l'ensemble des syndicats français qui se sont mis d'accord pour demander au monde du travail de refuser de "payer la crise" en participant à une grande journée d'action interprofessionnelle de manifestations jeudi 29 janvier, sur les thèmes de la défense de l'emploi "privé et public" et le "maintien du pouvoir d'achat".

A propos du plan de relance présenté en Conseil des ministres vendredi matin, M. Mailly l'a jugé "très nettement insuffisant". Ses effets "ne seront pas tout de suite", a-t-il aussi déploré. "Ce n'est d'ailleurs pas la principale préoccupation du gouvernement aujourd'hui", a-t-il affirmé.

Interrogé sur la crise et sa gestion sociale par le gouvernment, Jean-Claude Mailly a regretté que "les seuls signes sociaux qu'a fait le gouvernement, c'est sur du curatif".

"Je ne dis pas qu'il ne faut pas le faire, par exemple sur le chômage avec les Contrats de transition professionnelle (CTP). Là on va signer un accord avec le patronat sur le chômage partiel pour améliorer la situation pour les salariés, mais ça c'est du curatif, or il faut être offensif sur le plan de la politique économique dans une situation comme ça", a-t-il dit.

Sur la réforme de la Poste, le dirigeant syndical a regretté que l'on crée actuellement "les conditions d'une privatisation. Dans une société anonyme, du jour au lendemain, des capitaux privés peuvent entrer, donc il ne faut pas changer le statut de la Poste".

"A un moment où on est en train de dire partout y compris en France qu'il faut un retour de l'Etat, qu'il faut - certains le disent même, on en fait partie - préserver le service public, on nous dit: +on va changer le statut de la Poste, ça va être une société anonyme; ne vous inquiétez pas on va juste mettre au départ un peu d'argent de la Caisse des Dépôts et Consignations - qui va finir par ne plus savoir quoi faire parce qu'elle est sollicitée partout".

"Nous avions proposé d'autres pistes pour que la Poste puisse faire ses investissements (...) et puis le président de la République boum, annonce: +voilà c'est décidé+, et il va recevoir les syndicats. "Je ne pense pas que c'est le moment, quand tout le monde dit: +il faut revenir au service public+, de casser du service public", a poursuivi M. Mailly.

Sur le débat autour du travail le dimanche, il a affirmé considérer ce dossier comme "accessoire". "Ce n'est pas une réponse économique, pas une réponse sociale, c'est un problème sociétal, le président de la République le voulait, le voulait, le voulait: je suis désolé, mais il n'aura pas son jouet pour Noël", a-t-il conclu.

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO