Journée de la femme : elles ne veulent pas travailler le dimanche

Journée de la femme : elles ne veulent pas travailler le dimanche
11-03-2009

Le Dauphiné Libéré - Laurence VEUILLEN - 09/03/2009

Elles ont choisi la journée de la femme et un ton humoristique. Mais pour elles, la lutte contre le travail le dimanche n'est ni un symbole, ni une plaisanterie. Sur les parkings voisins des magasins Intermarché (ouvert) et ED (fermé) à Albertville, une quarantaine d'employées de supermarchés d'Albertville et Moûtiers ont manifesté leur colère et leurs inquiétudes, hier matin.

«Chez ED, on nous annonce l'ouverture du magasin le dimanche peut-être dès la fin du mois de mars» soulignent Peggy, Valérie, Marie, Corinne, Annick. «Pour faire du chiffre d'affaires supplémentaire ! Nous, on nous promet qu'on sera payé 20 % de plus qu'en semaine. Non seulement cela ne nous permettra pas de payer une nounou pour nos enfants, mais de toute façon, on ne veut pas travailler le dimanche !»

Rejointes par des syndicalistes (CGT, FO, CFTC), des associations (la confédération syndicale des familles) des élus de différents partis, les femmes veulent défendre leur vie sociale et familiale. Fabienne, elle, travaille à Géant, magasin fermé le dimanche. «Mais si petit à petit, les autres grandes surfaces du secteur ouvrent, notre supermarché finira par s'y mettre aussi !» Des salariées de Champion à Moûtiers sont venues avec le même message.


Et Zorro est arrivé !

«Travailler le dimanche, ce serait dramatique pour certaines femmes» ajoute Fabienne, «par exemple celles qui sont mamans célibataires ou celles qui n'ont pas de famille sur place». Certaines annoncent un salaire net de 1 060 € par mois. Une autre un temps partiel très handicapant... Alors le travail dominical, elles n'en veulent pas. Elles le laissent aux petits commerces, «que les grandes surfaces veulent encore concurrencer en ouvrant le dimanche». Et à tous ceux que ça ne dérange pas de travailler ce jour-là.

Et pour se faire entendre, ces dames ont employé les grands moyens. Manifestation, sono et... Zorro est arrivé ! À cheval bien sûr. Il a libéré les manifestantes enchaînées par un ennemi que l'on pourrait nommer "société de consommation"... Le temps de quelques discours, de signer une pétition, et toutes sont reparties en familles ou entre amies profiter d'une belle journée de dimanche sous le soleil. «Il y a tellement d'autres choses à faire ce jour-là, quand on habite dans un si beau département, que d'aller traîner dans des rayons de supermarché...» Message aux clients du dimanche.

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO