un lycée de Gennevilliers... C’est pas normal que le week-end, ça soit fermé

 

"à la manivelle" par Gérard BIARD
 
extrait de CHARLIE HEBDO

 

SANCTUAIRES AUTOGERES

 

Surtout, n'invitez jamais Nicolas Sarkozy chez vous, même en coup de vent. A peine arrivé, il vous ordonnerait de changer la moquette, de refaire la déco, d'abattre trois cloisons et d'acheter un Jacuzzi. C'est plus fort que lui, dès qu'il va quelque part –et il se déplace beaucoup-, il éprouve le besoin de tout y chambouler.

Le 10 juin, en visite dans un lycée de Gennevilliers, il a par exemple proposé que les écoles restent ouvertes « en dehors des strictes heures de cours » : « c’est pas normal que quatre mois de l’année en comptant les vacances, ou cinq mois, ça soit fermé. C’est pas normal que le week-end, ça soit fermé. » Encore son obsession du travail le dimanche, sans doute…

Cela dit, dans l’absolu, pourquoi pas.

Bon nombre de parents seraient ravis de ne plus avoir leurs moutards sur le dos pendant les week-ends et les congés scolaires, et réciproquement. Seulement, pour mettre en pratique cette nouvelle trouvaille, il faut des professeurs, des surveillants, du personnel, bref, des embauches. Et ça, le président de la République n’en a pas parlé. Il a simplement émis l’idée que les élèves gèrent eux-mêmes les activités culturelles ou sportives qu’ils pratiqueraient dans ces écoles non-stop.

Autrement dit, une fois franchi les portiques de sécurité, passés à la fouille, scannés et désinfectés, les écoliers qui ne seraient pas en garde à vue seraient invités à se débrouiller entre eux pour occuper leurs loisirs. Car Sarkozy veut mettre beaucoup de choses dans les écoles « sanctuarisées », des caméras, des policiers, des cours de morale, du service minimum… Mais pas des profs.

En tout cas, pas plus d’un pour soixante élèves. Sur ce point il n’y a rien de changé à la politique gouvernementale : dans l’éducation comme ailleurs, la tendance est toujours aux suppressions de postes. Pas question de s’embarrasser d’un seul enseignant supplémentaire, cette engeance qui se syndique, exerce son droit de grève, manifeste et lit La Princesse de Clèves pour le plaisir.

C’est l’éternel paradoxe de Sarkozy : ses idées ne sont pas toujours idiotes ou bonnes à jeter. Mais dommage qu’on ne puisse pas en dire autant de sa politique.

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO