Ne touchez pas à nos dimanches

Extrait du

JOURNAL DES EMPLOYES ET CADRES

 

BULLETIN PERIODIQUE D'INFORMATIONS DE LA FEDERATION DES EMPLOYES ET CADRES

28 RUE DES PETITS HOTELS 75010 PARIS  TEL : 01.48.01.91.91  FAX : 01.48.01.91.92

 

55ème année  N° 7168  Bi-Hebdomadaire   Le 26 Août 2006  Edition du Commerce  N°12/S/CO/06 ISSN : 1248-167X

Site Internet : www.fecfo.fr - Courriel : fecfo.commerce@wanadoo.fr – Tél. : 01.48.01.91.32 – Fax. : 01.48.01.91.98


NE TOUCHEZ PAS A NOS DIMANCHES

Et c'est reparti ! Après DEVEDJIAN, BALKANY et SARKOZY, c'est au tour de Pierre LELLOUCHE et Roger KAROUTCHI d'attaquer le repos dominical.

 

Ils utilisent des arguments qui sont toujours les mêmes et qui permettent à la Résolution de la FEC de rester pleinement d'actualité :

 

"Le Congrès constate que le droit au repos dominical, conquête syndicale du début du
XXème siècle, est de plus en plus battu en brèche. Des facilités croissantes ont été offertes aux entreprises pour leur permettre de déroger à la loi et de faire travailler les salariés le dimanche.

 

De plus, de nombreuses entreprises choisissent la voie de l'illégalité pour contraindre les salariés à travailler le dimanche.

 

Ce travail dominical qui n'a jamais créé d'emplois, contribue à perturber la vie personnelle des salariés, prétendument "volontaires", mais en fait, en état de dépendance économique et victimes du chantage patronal.

 

Le Congrès appelle tous ses syndicats à faire connaître leur opposition à la remise en cause du repos dominical à tous les maires et les préfets, et cela sans attendre qu'ils sollicitent leur avis, et à saisir les juridictions compétentes afin de faire cesser les pratiques illicites.

 

Le Congrès revendique le droit au repos dominical pour tous les salariés."

 

Nous devons plus que jamais informer les salariés par tous les moyens possibles pour qu'ils prennent pleinement conscience qu'ils seront les dindons de la farce.

Que tous les arguments spécieux qui tendent à leur faire croire que les syndicats décident pour eux et donc les infantilisent, que toute l'évocation de la liberté du travail inscrite dans notre Constitution, ne sont que des leurres destinés à leur faire accepter cette destruction du code du travail.

 

Que le but de commencer par priver les salariés du commerce du repos dominical pour étendre cette disposition à tous les salariés ne fait aucun doute.

Si on regarde la proposition de loi du député LELLOUCHE dont le titre est "proposition de loi visant à modifier l'article 221-5 du code du travail afin de permettre l'ouverture des commerces le dimanche" son article 1er ne fait plus référence au commerce mais aux entreprises en relation directe avec le public. Si nous laissions passer cette loi, son titre aurait tôt fait d'être oublié et les salariés de la sécurité sociale, des banques, des crèches, des garages…, bref tous ceux qui sont en contact avec le public seraient concernés.

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO