« BRICOLAGE : accord régressif sur le travail du dimanche » extrait FO hebdo n°3103

  • REPOS DOMINICAL oui, TRAVAIL DU DIMANCHE non
  • Revue de presse

Un accord aura finalement été trouvé, le 23 janvier dernier, entre le patronat et les fédérations duFO hebdo 3103 commerce de la CFTC, de la CFDT et de la CFE-CGC. La CFTC, par sa tradition chrétienne, semblait attachée au repos dominical. C’est pourtant elle qui aura finalement validé cet accord en lui apportant son soutien, car la CFE-CGC et la CFDT, ensemble, n’atteignaient pas les 30% de représentativité nécessaires. « Les contreparties « offertes » n’impactent en rien les magasins de bricolage, qui sont soit déjà au niveau de cet accord, soit au-dessus. Rien n’a été obtenu », rappelle la Fédération FO des Employés et Cadres.

 

Elle précise en outre que sur la base de cet accord, tous les magasins de bricolage qui le souhaitent pourront dorénavant ouvrir le dimanche.

 

L’accord signé fait suite au rapport Bailly, qui avait été commandé par le gouvernement après la campagne médiatique que s’étaient offert les patrons des magasins de bricolage. Ces derniers avaient, à l’automne dernier, rémunéré des agences de communication pour exhiber les salariés censés être volontaires pour assurer un travail dominical. Le retour sur investissement de cette action de communication aura probablement dépassé les espérances patronales.

 

Plus de cent ans après le vote de la loi instaurant le repos dominical, en 1906, c’est une nouvelle régression sociale que le gouvernement offre au patronat. Pour FO, le combat ne s’arrête pas là et la FEC a déjà fait part de son intention de saisir le Conseil d’État et l’Organisation internationale du travail.

 

M.L.

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO