Défendre le repos dominical, c'est défendre l'emploi !

Vendredi 18 novembre s'est tenu le Comité Départemental de l'Essonne. Il en est sorti une résolution votée à l'unanimité.

Encore une fois, les militants de l'UD FO 91 ont marqué leur attachement au Repos dominical.

 

Voici l'intégralité de leur résolution.

 


COMITE DEPARTEMENTAL DE L’UD FO 91

18 NOVEMBRE 2011

 

RESOLUTION (adoptée à l’unanimité)

 

COMBATTRE L’AUSTERITE, LA DETTE N’EST PAS CELLE DES TRAVAILLEURS

 

Le Comité départemental de l’UD FO 91 partage l’appréciation de la situation portée par le CCN des 13 et 14 octobre :

« La crise en cours du capitalisme et la folie des marchés financiers montrent qu’il faut changer de modèle. Les Etats doivent s’émanciper des marchés. Le CCN s’oppose à l’austérité, récemment accentuée par le gouvernement dans le cadre du projet de loi de finances pour 2012. En plus d’être économiquement dangereux, réduire à nouveau les dépenses publiques et sociales serait lourd de conséquences pour les travailleurs et pour la République. Le CCN combat toute austérité, qu’elle soit de droite, de gauche ou syndicale.

 

Avec le CCN, il dénonce la logique qui vise à sacrifier les besoins les plus essentiels pour réduire un endettement public dont les salariés ne sont nullement responsables… »

 

Après les mesures prises le 24 août, avec entre autres :

-        l’accélération de la mise en œuvre de la RGPP avec la suppression de 30 400 emplois de fonctionnaires au budget 2012

-        l’augmentation de la CSG de 0,1 point payée par les salariés, la base de calcul passant de 97% à 98% du salaire brut, soit une baisse du salaire net

-        l’augmentation de la taxe sur les mutuelles qui passe de 3,5% à 7% et qui sera répercutée sur les cotisations

 

le second plan d’austérité annoncé par le Premier ministre le 7 novembre touche une nouvelle fois lourdement les salariés avec :

-        la remise en cause des règles d’indexation des prestations sociales (allocation logement, allocations familiales) qui seraient calées sur la croissance et non plus sur l’inflation

-        le nouveau coup de frein aux dépenses de l’assurance maladie dont la progression serait ramenée de 2,8% à 2,5% ce qui entrainera une nouvelle réduction des droits des assurés

-        l’accélération de la mise en œuvre de la loi sur les retraites en avançant le passage de l’âge légal à 62 ans en 2017 au lieu de 2018

-        l’augmentation de la TVA de 5,5% à 7% pour les frais de séjour dans les maisons de retraite, les repas servis dans les restaurants d’entreprise, les médicaments non remboursés, les cures thermales, les appareillages médicaux pour les handicapés…

-        le gel du barème de l’impôt sur le revenu donc son augmentation

 

Et maintenant, le gouvernement annonce une 4ème journée de carence pour les arrêts maladie dans le privé et l’instauration d’une journée de carence pour les fonctionnaires, mesure qui pénalise les salariés les plus fragiles en les sanctionnant financièrement.

 

Avec la Commission Exécutive confédérale du 9 novembre, le Comité départemental de l’UD FO 91 « condamne et demande l’abandon » de toutes ces mesures.

Il approuve la déclaration de la CE confédérale et ses propositions d’action :

« Pour la CE l’austérité, d’où qu’elle vienne (« de droite ou de gauche ») est inacceptable. En ne s’émancipant pas des marchés financiers, en s’inscrivant dans la dictature de la dette, les gouvernements fragilisent la démocratie et l’Union Européenne s’affiche de plus en plus comme une contrainte restrictive, le dumping et la régression l’emportant sur la solidarité et le progrès.

 

Pour toutes ces raisons, la CE considère qu’une réponse déterminée est nécessaire. Cette réponse ne peut en aucun cas consister en une succession de manifestations ou journées d’action dont on a fait le constat de l’inefficacité l’an dernier.

 

Pour la CE, condamner les plans d’austérité annoncés et contrer toutes nouvelles annonces nécessite de préparer, par l’action commune, un appel à 24 heures de grève interprofessionnelle. »

 

Le Comité départemental de l’UD FO 91 invite tous ses syndicats à faire connaître largement cette déclaration auprès de leurs adhérents, de leurs collègues de travail, des autres syndicats, et de se tenir prêts à organiser la mobilisation nécessaire, dans l’unité, y compris par la grève générale interprofessionnelle, pour l’abandon de ces plans d’austérité.

 

ELECTIONS DANS LA FONCTION PUBLIQUE D’ETAT

 

Le Comité départemental de l’UD FO 91 se félicite de la progression générale des listes Force Ouvrière lors des élections d’octobre 2011 qui conforte la deuxième place de notre confédération dans ce secteur et la met en position de conquérir la première.

 

A la Poste et dans la Fonction publique hospitalière, FO progresse de plus d’un point.

Dans l’Education nationale, avec un gain de 3 points et plus de 10% des suffrages, FO devient la troisième organisation syndicale et la première organisation confédérée. Dans l’académie de Versailles, FO devient la deuxième organisation syndicale.

 

Ces résultats sont un désaveu cinglant des objectifs du gouvernement et de toutes les fédérations signataires des accords de Bercy (FSU, CGT, CFDT, UNSA et Solidaires) qui visaient à redessiner le paysage syndical dans la Fonction publique. Il s’agissait de sélectionner les organisations syndicales s’inscrivant dans le « dialogue social » pour la mise en œuvre des contre-réformes gouvernementales en tentant de faire disparaître FO de la « représentativité syndicale officielle » souhaitée par le gouvernement.

 

Le Comité départemental de l’UD FO 91 demande au gouvernement de tirer les enseigne-ments de ce scrutin et d’abroger la loi du 5 juillet 2010 sur le dialogue social dans la Fonction publique, issue des accords de Bercy. De la même manière, il lui demande d’abroger la loi du 20 août 2008 sur la représentativité, issue de la position commune  CGT-CFDT-MEDEF-CGPME, qui remet en cause la possibilité des salariés de s’organiser librement dans le syndicat de leur choix et de négocier avec leur employeur.

 

Suite à la plainte qu’avait déposée FO à l’OIT en décembre 2009 contre certaines dispositions de la loi du 20 août 2008, le Comité départemental de l’UD FO 91 se félicite que le Comité de la liberté syndicale de l’OIT ait invité le gouvernement à réviser les aspects de cette loi qui portent atteinte à la liberté de désignation du délégué syndical.

COMBATTRE POUR LES REVENDICATIONS, C’EST LA PRIORITE !

 

Le Comité départemental de l’UD FO 91 reprend à son compte l’ensemble des revendications définies par le CCN des 13 et 14 octobre, en particulier :

 

Augmenter les salaires :

 

« L’augmentation du pouvoir d’achat reste non seulement une nécessité sociale et économique mais elle constitue la revendication majeure pour tous les travailleurs face aux plans d’austérité ».

 

-        augmentation générale des salaires, des pensions et minima sociaux (SMIC à 80% du salaire médian)

-        revalorisation de la prime de transport à 400 euros par mois

-        hausse de la valeur du point d’indice (5% dès 2011) et par 44 points supplémen-taires pour tous afin de rattraper la perte de 10% du pouvoir d’achat depuis 2000 dans la Fonction publique

-        arrêt du gel des rémunérations, non à l’individualisation des rémunérations dans la Fonction publique

-        ouverture de réelles négociations sur les salaires dans les branches du secteur privé qui ont des minima conventionnels inférieurs au SMIC

 

Défendre l’emploi :

 

-        arrêt des licenciements et des délocalisations

-        maintien de toutes les conventions collectives, non aux accords dérogatoires au code du travail

-        halte à la généralisation de la précarité, le CDI doit rester la base du contrat de travail

-        respect du repos dominical dans le commerce

 

Défendre le service public, défendre la République :

 

-        arrêt immédiat de la RGPP et de ses 561 mesures qui suppriment des missions et des emplois publics, remettent en cause les statuts et aggravent les conditions de travail des personnels

-        restitution des postes supprimés et recrutements statutaires nécessaires à l’exercice des missions publiques

-        abandon de la loi sur la réforme des collectivités territoriales et de la loi relative à la mobilité des fonctionnaires

-        maintien de tous les centres de paiement de la Sécurité sociale

-        retrait de la « Fondation de Coopération Scientifique » du CNRS, du CEA, des Universités de Paris-Sud et de St Quentin en Yvelines

-        abrogation de la loi Hôpital Patient Santé Territoire (HPST) qui veut rentabiliser la santé au détriment des malades et des agents hospitaliers

-        abandon du Partenariat Public-Privé (PPP) à l’Hôpital Sud Francilien

-        respect de la laïcité : fonds publics à l’école publique, fonds privés à l’école privée

 

 

Défendre la protection sociale et les retraites :

 

-        annulation des mesures d’austérité contre la protection sociale collective contenues dans la loi de financement de la Sécurité Sociale et l’Objectif national de dépense d’assurance maladie

-        annulation de la taxe spéciale sur les conventions d’assurances solidaires

-        non à la modification du calcul des indemnités journalières donc à leur baisse

-        abrogation de la loi du 9 novembre 2010 sur les retraites

-        retour au droit à la retraite à 60 ans à taux plein après 37,5 ans de cotisation

-        non à toute réforme systémique des retraites par comptes notionnels ou par points qui remettrait en cause notre système par répartition et le statut général de la Fonction publique

 

PRESERVER EN PERMANENCE L’INDEPENDANCE SYNDICALE :

POUR DES REVENDICATIONS CLAIRES ET PRECISES

POUR UNE ACTION EFFICACE

 

Le Comité départemental de l’UD FO 91 fait siennes les conclusions de la résolution du dernier CCN :

« Le CCN de la cgt FORCE OUVRIERE rappelle que l’action commune doit se constituer sur des bases claires qui nécessitent des revendications précises et des modalités d’action déterminées, y compris la grève interprofessionnelle. Par conséquent, le CCN rejette toute forme « d’intersyndicale permanente » qui porte atteinte au pluralisme syndical, fondement de la démocratie. Pour le CCN, seule l’expression, libre, indépendante et déterminée du rapport de force est à même de faire aboutir les revendications légitimes des travailleurs. »

 

Le Comité départemental de l’UD FO 91 apporte son soutien aux syndicats et aux travailleurs du privé et du secteur public engagés dans l’action.

 

Il appelle ses syndicats à défendre partout les revendications FORCE OUVRIERE et à voter et faire voter pour les listes FO à l’occasion de chaque élection dans les entreprises et à se mobiliser en prévision des élections de 2012 dans les TPE (très petites entreprises).

 

Il appelle les salariés, actifs, retraités ou chômeurs, à rejoindre le syndicalisme libre et indépendant que perpétue et représente la cgt-FORCE OUVRIERE.

 

 

Adoptée à l’unanimité

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO