Gueugnon. Le dimanche matin, les petits commerces voient leur clientèle baisser. Une cohabitation difficile

  • REPOS DOMINICAL oui, TRAVAIL DU DIMANCHE non
  • Revue de presse

Un an après l’ouverture le dimanche matin de l’enseigne Auchan de Gueugnon, la plupart des commerçants du centre-ville notent une baisse importante de leur clientèle dominicale.

Aujourd’hui, à Gueugnon, trois enseignes ouvrent leurs portes le dernier jour de la semaine : Intermarché, Auchan et Maximarché, appelé plus communément « la Coop ». Cette « omniprésence dominicale » de grandes surfaces sur un petit territoire comme celui de Gueugnon engendre des remous de la part des petits commerçants du centre-ville.

« Quand il n’y avait que l’Intermarché et Maximarché ouverts les dimanches matins, on ne sentait pas vraiment de différence en matière de clientèle, se souvient Mme Baudin, boulangère. Mais c’est quand Auchan a décidé d’ouvrir le dimanche que c’est devenu beaucoup plus compliqué pour nous. Chez eux, certes le pain est moins cher, mais la qualité n’est pas au rendez-vous ».

Même constat de l’autre côté de la rue, à la boucherie Botte. « Depuis un an, seul le patron travaille le dimanche matin, explique l’un des deux employés. Ce dernier jour de la semaine, il y a trois fois moins de clients qu’auparavant. On le répète souvent mais l’implantation de ces grandes surfaces, ajoutée à leur ouverture le dimanche, tuent les petits commerces ».

Les travaux du centre- ville n’arrangent rien

Place des Forges, le supermarché Maximarché, ouvert également le dimanche matin, rencontre les mêmes difficultés que ses voisins. « Le déclin de notre clientèle a débuté quand Intermarché a décidé d’ouvrir les dimanches, résume Christelle, salariée depuis 13 ans. Auparavant, je me souviens que nous avions trois caisses ouvertes et que les rayons étaient bondés. Aujourd’hui, une caisse suffit… Les fidèles viennent toujours chez nous mais on peut être inquiet pour le futur ».

Comme « un malheur n’arrive jamais seul », les commerçants du centre-ville subissent, depuis maintenant quatre mois, des travaux de voirie qui ont engendré des problèmes de circulation, et par conséquent de stationnement, notamment rue de la Liberté.

« À un moment donné, dans le cœur de ville, les piétons ont dû emprunter des passerelles, se rappelle Angélique Bouzin, gérante de la brasserie Le Jade. Les personnes âgées, en particulier, n’osaient même plus aller faire leurs courses dans le quartier. C’était une période compliquée pour tous, habitants et commerçants ».

 

La fin des travaux, prévue en juin 2014, est donc attendue avec impatience. Histoire de redonner un coup de fouet aux commerces de proximité ?

 

http://www.lejsl.com/pays-charolais/2013/03/10/une-cohabitation-difficile

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO