Vendredi 27 avril 2012 5 27 /04 /Avr /2012 13:22

extrait de http://iphone.leparisien.fr/serv/IPParisien?com=newsiphiphfrXHT1972682&cid=2

 

Nouveau round dans le match qui oppose les syndicats et Boulanger à propos du travail dominical. Depuis quelques semaines, les trois magasins d'électroménager de Créteil-Pompadour, Villiers-sur-Marne et La Queue-en-Brie doivent garder le rideau baissé le dimanche. Après une décision de la cour d'appel de Paris du 1er décembre, « dans le cadre d'une action menée par Force ouvrière [...] votre magasin à le regret de vous informer de sa fermeture les dimanches pour une période que nous espérons la plus courte possible », expliquent des affichettes installées aux caisses de l'enseigne de Créteil-Pompadour. Ce second jugement, qui fait suite à une première décision de mars 2010, réaffirme « l'existence d'un trouble manifestement illicite du fait de la permanence de l'ouverture [...] en violation des dispositions légales relatives au repos dominical ».

200 E à 400 E de plus par mois

FO, qui se battait depuis plus de trente mois, se félicite de cette victoire contre le travail du dimanche que « beaucoup de salariés rejettent, voulant disposer de leurs jours de repos et participer à la vie culturelle, associative », estime Marc Bonnet, secrétaire départemental. Mais pour Boulanger, c'est un coup dur. « Le dimanche est souvent le jour le plus important de la semaine en termes de chiffre d'affaires », souligne un responsable de l'enseigne d'électroménager. D'après lui, les salariés souhaitent à l'unanimité avoir la possibilité de travailler ce jour-là, qui est payé double. « Ce sont eux qui ont lancé une pétition à l'attention des clients pour demander la réouverture. »  

 

...


Publié dans : Revue de presse - Communauté : FO
Retour à l'accueil

TRANSLATE

english2.gif

Recommander

inFO en VIDEO

W3C

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés