le gouvernement propose, la mairie dispose ?

Commerces le dimanche à Paris: le gouvernement propose, la mairie dispose - Actualisation, Papier Général, Prev

 

19/11/2009 19h11 - SOCIAL-DIMANCHE-GOUVERNEMENT-DISTRIBUTION-IDF-PARIS - Monde (FRS) - AFP

 

Par Claudine RENAUD

 

PARIS, 19 novembre 2009 (AFP) - Le gouvernement a proposé d'étendre à plus de 10.000 magasins au lieu de 500 la possibilité d'ouvrir le dimanche à Paris, après négociations avec les salariés mais sans contrepartie obligatoire, la décision revenant in fine au maire socialiste de la capitale Bertrand Delanoë.

La nouvelle carte, validée par la préfecture de Région, a été dessinée par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCIP) qui a classé en zone touristique les rues les plus denses en magasins et hébergements situées autour des sites remarquables, monuments, salles de spectacles et centres de congrès.

Selon le ministre du Travail Xavier Darcos, pilote de la réforme du repos dominical durant l'été, la situation actuelle n'est "pas satisfaisante", "pas logique" car "on ne voit pas pourquoi le quartier de La Défense serait ouvert, et pas celui de l'Opéra" et "il est dangereux que Paris reste un lieu musée".

"Je trouve surprenant de voir une résistance politique alors que se développe l'e-commerce et que les gens achètent le dimanche derrière leur ordinateur", a exposé M. Darcos à la presse.

Pour M. Delanoë, "l'agressivité et la radicalité des propositions formulées" n'est rien d'autre qu'une provocation. Un groupe de concertation, autour de son adjointe Lyne Cohen-Solal, doit se prononcer d'ici Noël.

"Je veillerai personnellement à ce que cette décision ne se prenne sous l'effet d'aucune pression, ni d'aucune intimidation", a souligné M. Delanoë.

Le gouvernement avait tenté de passer en force dans la loi du 10 août 2009 en donnant au préfet de Paris (et seulement à Paris) le droit de décider du classement en zone touristique, mais le Conseil constitutionnel l'en a empêché.

Selon M. Darcos, la nouvelle carte va "indéniablement créer des emplois" et "inévitablement, il y aura une négociation à l'intérieur de l'entreprise" comme le prévoit la loi, et celle-ci "amènera des compensations" pour les salariés travaillant dimanche.

Le périmètre pouvant déroger au repos dominical serait considérablement élargi autour de Montmartre, des Champs-Elysées et au coeur de Paris.

Une vaste zone allant de Montparnasse aux grands boulevards pourrait ouvrir, incluant les grands magasins, Printemps ou Galeries Lafayette, dont les syndicats vivraient un tel changement "comme un drame" selon la section CFDT des Galeries Lafayette. "J'espère que M. Delanoë va rester sur ses positions", a déclaré à l'AFP son représentant Marc Parain.

Touristes et accros du shopping pourraient aussi faire leurs emplettes le dimanche dans trois nouvelles zones : Palais des congrès de la Porte Maillot (ouest), Bercy village (sud-est), et autour de la Porte de Versailles près du parc des expositions (sud-ouest).

Selon la CCIP, 30% des magasins auraient le droit d'ouvrir, alors que la délimitation actuelle fait perdre du chiffre d'affaires, notamment au profit de Londres, et parmi la clientèle asiatique.

Ni la CCIP, ni le ministère ne savent combien de salariés seraient concernés.

Mais pour le syndicat CFTC, qui réclame une étude d'impact, les bornes sont dépassées.

Le dimanche est jour de repos obligatoire en France mais les situations dérogatoires sont en progression depuis les années 1990. Le travail du dimanche est surtout le lot des moins de 40 ans, des femmes et des moins diplômés.

La loi du 10 août permet à tous types de commerce d'ouvrir de plein droit le dimanche en zone d'intérêt touristique, c'est-à-dire que les salariés ne peuvent pas prétendre obligatoirement au volontariat, à un repos compensateur et au doublement de leur rémunération.

clr/im/mmr

 

© 1994-2009 Agence France-Presse

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO