Le PUCE qui gratte...

Mardi soir, le préfet décidait d'accorder un périmètre d'usage de consommation exceptionnelle (PUCE) limité aux magasins de l'Usine et de Mc Arthur Glen et autorisant dix ouvertures dominicales par an. Une mesure loin de faire l'unanimité tant dans le personnel des magasins que chez les clients.



Pour certaines on leur a appris la nouvelle hier en fin de matinée. Elles n'étaient pas au courant de l'arrêté préfectoral validant le périmètre d'usage de consommation exceptionnelle pour les magasins de l'Usine et de Mc Arthur Glen, arrêté autorisant dix ouvertures dominicales par an (au lieu des cinq actuellement permises).
Mais le moins que l'on puisse dire c'est que le PUCE commence déjà à susciter quelques prurits. Dans la demi-douzaine de magasins de l'Usine dont nous avons franchi le seuil, la même perplexité, le même scepticisme. « C'est une fausse bonne solution... Cinq dimanches c'est largement suffisant. Les ouvertures dominicales ça n'est payant qu'en période de soldes et encore les deux premiers dimanches... L'ouverture le dimanche nous ramènera peut-être des promeneurs mais pour les acheteurs c'est une autre paire de manches... Pour ma part, c'est hors de question. Je travaille déjà tous les samedis et cinq dimanches par an, je ne veux pas sacrifier cinq autres dimanches. Mon mari est en congés le week-end, j'ai quatre enfants. Que va devenir ma vie de famille ?... Dix dimanches, je ne pense pas que ça ramène de la clientèle. Ça risque plutôt de pénaliser le chiffre d'affaires des autres jours de la semaine à moins qu'à l'occasion de ces dimanches d'ouverture supplémentaires, on puisse faire des promotions flottantes » Côté clients, il y a du pour et du contre : « Mon mari ne me suivra jamais à l'Usine le dimanche. Pour lui le repos dominical c'est sacré... Moi j'm'en tape. L'Usine c'est mieux en semaine. Si c'est pour ne pas savoir où se garer le dimanche... Je trouve que c'est une excellente idée : je suis aujourd'hui en retraite, je viens quand je veux mais je pense à tous ceux qui travaillent en semaine. » Croisera-t-on désormais moins de Roubaisiens à Menin ou au Mont-Noir ? Les effluves alléchants de bière, de frites, de tabac et de chocolat qui ont contribué à l'attractivité dominicale de la proche Belgique vont-elles miraculeusement s'atténuer. Le PUCE sera-t-il un plus ? La réponse dans quelques mois...w

http://www.nordeclair.fr/Locales/Roubaix/2010/02/04/le-puce-qui-gratte.shtml
FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO