le dimanche on pose les raquettes à Wimbledon

  • REPOS DOMINICAL oui, TRAVAIL DU DIMANCHE non
  • Revue de presse

Sunday closed !

26/06/11 14:34 | David Brunat
Sunday closed ! Pas de matchs à Wimbledon ce dimanche. Shocking ! Mais au fait, pourquoi le plus grand tournoi du monde fait-il relâche, comme ça, au beau milieu du tableau ? Ils sont tombés sur la tête, les English ? No. Explications :


Ben voilà la réponse, avec un peu de pub perso puisque l'explication est tirée de mon livre "Les miscellanées du tennis" :

C’est le seul tournoi au monde qui fait relâche en son milieu. À Wimbledon, on ne badine pas avec le "middle sunday" qui clôt la première semaine. Un jour chômé, sans match ni spectateur. Un jour tranquille et campagnard, anglais et sacré.

L’étourdi qui se sera pris les pieds dans l’agenda trouvera grille close à Wimbledon. Seule entorse à cette espèce de shabbat sportif : s’y déroulent certains entraînements. Mais avec des horaires réduits, des services diminués et un contrôle encore plus draconien qu’à l’accoutumée des personnes habilitées à pénétrer dans l’enceinte du All England Lawn Tennis & Croquet Club. De là une atmosphère détendue et une ambiance très « thé et petits gâteaux, limite partie de campagne », comme l’expliquait Marion Bartoli, finaliste duen simple dames en 2007.

Wimbledon vit au rythme de cette suspension dominicale depuis 1877. Certes, par trois fois (soit moins d’une fois tous les quarante-quatre ans), la pluie persistante et le retard pris dans l'avancement du tableau ont poussé – la mort dans l’âme – les organisateurs du tournoi à transgresser la règle. Mais il y fallut une impérieuse et bien fâcheuse nécessité.

On pourrait croire que cette tradition, qui a comme toute coutume immémoriale ses réfractaires et ses je-refuse-de-comprendre-une-telle-bizarrerie-et-encore-moins-de-la-cautionner (« ça casse le rythme » ; « des courts et des tribunes vides en plein tournoi, c’est frustrant, absurde, c’est limite choquant », etc.), on pourrait croire, donc, que cette tradition se fonde sur un vieux précepte religieux. Mais non, puisque la finale hommes se joue bien un dimanche, celui d’après !

Cet usage résulte en réalité d’un accord passé avec les riverains, qui avaient demandé, et obtenu, un jour sans foule, sans bruit, sans autre rumeur du monde que le parfum des roses et le vol des abeilles.
Neil Harman, journaliste tennis au Times, n’est pas homme à s’en laisser conter. Il tient bon contre les assauts du modernisme. « Pourquoi changer ? s'étonne-t-il. Tout le monde a le droit à un jour de repos dans la semaine. Et cela n'en rend le second lundi que plus excitant ! »

 

http://www.tennistalk.com/fr/actualites/20110626/Sunday_closed_!

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO