Lettre à Monsieur le Député Meunier – Travail du dimanche

Lettre à Monsieur le Député Meunier concernant le Travail du dimanche

Lyon, le 22 septembre 2014

 

Monsieur le Député,

 

Considérant l’entretien de ce jour, à votre demande et pour entendre notre Organisation quant à sa position sur le travail du dimanche, je vous pose par écrit quelques éléments et arguments relatifs à ce sujet.

L’amendement Debré (ameublement) a fait peser une menace sur le travail du dimanche et donc sur l’emploi et la volonté affichée du gouvernement de « passer en force » sur ce thème apparaît aux yeux de notre Organisation Syndicale comme une provocation envers le monde du travail et comme un certain déni de démocratie.

En effet, toutes les généralisations en la matière ne profiteront qu’aux entreprises suffisamment fortes pour de telles ouvertures 7 jours sur 7 et ce sont ainsi les grandes entreprises qui en sortiront grandies.

C’est pourquoi, il convient de poser la question des achats et du pouvoir d’achat, aspect non extensible des ménages autrement qu’à la hauteur de ce qui est consacré pour une catégorie de dépenses.

Les transferts d’achats par les consommateurs de la semaine vers le dimanche impacteront-ils réellement le chiffre d’affaires et les résultats des entreprises ?

Quelles sortes d’emplois seraient créées ? Précaires ? Temps partiels ? CDI ou CDD ? A quel salaire ?

Comment faire autrement qu’avoir une réelle présentation et analyse sérieuse des impacts économiques et sociaux ?

Pour FO, être opposé au travail du dimanche, c’est :

 

  • respecter le dimanche comme jour intangible de repos pour les salariés (les commerçants de proximité de type boulangerie, boucherie etc.…sont déjà ouverts depuis longtemps),
  • Constater, de manière claire, que l’ouverture 7j/7 n’augmentera pas le pouvoir d’achat,
  • Avoir des emplois durables, de qualité et avec des conditions de travail décentes,
  • Considérer que le repos dominical est un facteur social, familial et d’unité républicaine entre citoyens salariés,
  • Ne pas ouvrir la possibilité du volontariat car de telles démarches n’impliquent pas d’être dans l’illégalité (sinon, c’est une forme de recours à « l’esclavage » choisi),
  • La destruction quasi certaine d’emplois par milliers dans les petits commerces,
  • Le respect des lois comme celle de 1906, qui a posé clairement que le repos dominical était un choix majeur dans la protection de la santé et sécurité au travail pour les salarié(e)s,
  • Considérer que le code du travail exige qu’un repos hebdomadaire doit être donné le dimanche et qu’il est ainsi interdit de faire travailler un salarié plus de 6 jours par semaine (articles L.3132-1 et L.3132-3 du code du travail),
  • Le respect indispensable de la convention 106 de l’O.I.T (droit au repos dominical).

 

En conclusion, outre le respect des droits des travailleurs, le repos dominical est un véritable enjeu social car il garantit le bien vivre ensemble et la place de l’Humain au travail et en société.

En vous remerciant pour cet entretien, recevez nos respectueuses salutations.

 

Pascal LAGRUE

 

http://fo69.fr/lettre-monsieur-le-depute-meunier-travail-du-dimanche/

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO