Ouverture dominicale: "nécessité" pour Bricorama, "permis de polluer" pour FO

  • REPOS DOMINICAL oui, TRAVAIL DU DIMANCHE non
  • Revue de presse

L'enseigne Bricorama, condamnée pour avoir ouvert ses magasins le dimanche, a de nouveau plaidé sa cause mercredi devant la justice, estimant qu'il s'agissait pour elle d'une "question de vie ou de mort", tandis que le syndicat FO a dénoncé la demande d'un "permis de polluer".

 

Le tribunal de grande instance de Pontoise (Val-d'Oise), saisi en référé, avait ordonné en janvier à l'enseigne de bricolage de ne plus ouvrir le dimanche sans dérogation en Ile-de-France, sous peine d'une astreinte de 30.000 euros par infraction et par établissement.

 

Bricorama avait fait appel.

 

"La décision du tribunal de Pontoise, si elle est confirmée, aura des conséquences mortuaires", a plaidé devant la cour d'appel de Versailles l'avocat de Bricorama, Me Frédéric Naquet.

 

"La fermeture le dimanche, c'est la mort de l'enseigne en raison de la distorsion manifeste de concurrence car Bricorama est une grosse PME qui ne bénéficie pas des mêmes avantages que les grandes enseignes", situées dans des zones commerciales où l'ouverture le dimanche est autorisée, a ajouté l'avocat, invoquant "l'état de nécessité".

En marge de l'audience, le fondateur de Bricorama, Jean-Claude Bourrelier a estimé que l'ouverture dominicale de ses magasins était une "question de vie ou de mort". "Nous demandons une décision juste et équitable. Bricorama est pris comme bouc-émissaire dans un combat qui la dépasse", a-t-il dit à la presse.

 

L'avocat du syndicat FO, Me Vincent Lecourt a dénoncé "le pari de Bricorama". "Bricorama dit +laissez-moi un permis de polluer+ sinon je vais fermer boutique mais on se trompe de débat", a-t-il fustigé.

 

"Si l'astreinte de 30.000 euros par établissement avait été mortuaire, Bricorama aurait fermé le dimanche", a estimé Me Lecourt.

 

L'enseigne ayant ouvert ses magasins le dimanche après sa condamnation, le syndicat FO a réclamé à la justice la liquidation de l'astreinte, soit près de 19 millions d'euros. Vendredi, le juge de l'exécution du tribunal de Pontoise (Val-d'Oise) a sursis à statuer dans l'attente de la décision de la cour d'appel, qui sera rendue le 31 octobre.

 

Pour le secrétaire fédéral de la FEC-FO, Christophe Le Comte, "il existe déjà diverses dérogations pour ouvrir le dimanche et les entreprises demandent toujours plus", a-t-il déclaré, considérant le repos dominical comme "essentiel pour se retrouver en famille et se reposer".

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20120919.AFP9387/ouverture-dominicale-necessite-pour-bricorama-permis-de-polluer-pour-fo.html

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO