Repos Dominical – La « METZ » est dite ?

  • REPOS DOMINICAL oui, TRAVAIL DU DIMANCHE non
  • Communiqués FEC FO

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Après la menace de l’ordonnance du 1er ministre, pour remettre en cause le Repos Commun hebdomadaire dans le Commerce, le Cabinet du Ministère du travail, assisté par le ministère de l’économie, consulte les organisations syndicales.

 

La Fédération des Employés et Cadres faisait partie de la délégation FO qui a été auditionnée.

 

Toute consultation mérite un diagnostic sur l’impact d’une telle contre-réforme.

 

Au-delà de l’attachement de FO au Repos Hebdomadaire Commun, la délégation a su pointer du doigt des impacts évidents qui n’ont jamais été quantifiés.

 

Les impacts sur :

-          la désocialisation des salariés et de leurs familles,

-          le commerce de centre-ville (TPE et PME) et ses emplois,

-          le devenir des emplois de la semaine,

-          le type d’emplois proposés en soirée et en week-end,

-          les conditions de travail du fait du transfert d’activité de la semaine ou de la journée vers le week-end et la nuit,

-          la politique salariale, pour forcer le volontariat…

 

Ces questions fondamentales s’opposent aux annonces fantaisistes du MEDEF sur des emplois qui surgiraient par milliers dans le commerce.

 

Le chant des sirènes patronales, des grandes enseignes, cache la réalité de l’emploi du commerce qui a tendance à réduire, à cause des caisses automatiques, des bornes d’information, et de l’autoconcurrence développée par le net et les drives. Sans oublier les distorsions de concurrences organisées. Cette recette favorise l’augmentation de la précarité et des faibles niveaux de salaire qui créent de plus en plus de salariés pauvres bénéficiant du RSA, pour certains.

 

Malgré les nombreux cadeaux faits au patronat du Commerce (CICE et Pacte de responsabilité), la philanthropie patronale n’est pas au programme. La masse salariale est compressée pour augmenter les bénéfices.

Les représentants des ministères avaient l’air convaincu du bien fait du travail du dimanche et en « soirée » (les soirées sont longues jusqu’à 22h, voire minuit), en particulier pour SEPHORA sur les Champs-Elysées.

Ce parfum ressemble à celui offert à Conforama et IKEA avec l’amendement de la Sénatrice Isabelle DEBRE et le décret du Bricolage offert à LEROY MERLIN et KINGFISHER… et maintenant une futur loi SEPHORA sur le travail de nuit ?

 

Ils nous ont vanté les bienfaits du dialogue social dans les « territoires » pour développer leur politique.

FO en a déjà quelques expériences, là où il y a négociation le nombre de dimanches ouverts diminue dans de grandes villes en Province. Par contre, quand les représentants de l’Etat et les Préfets s’en mêlent, c’est pour imposer la généralisation. Comme dernièrement à METZ, l’Union Départementale FO 57 a demandé au Tribunal Administratif l’annulation de la décision, autoritaire, du Préfet.

 

FO ne confond pas la nécessité et le confort. Il est vital d’assurer les ouvertures du dimanche des urgences hospitalières dans de bonnes conditions, ce qui n’a rien à voir avec un magasin de bricolage.

 

FO reste mobilisée contre toutes volontés de destruction du code du travail et des conventions collectives.

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO