"Travailler le dimanche doit rester une exception" Jean Claude Mailly

  • REPOS DOMINICAL oui, TRAVAIL DU DIMANCHE non
  • Revue de presse

Le secrétaire général de FO a aussi rencontré des salariés de Monoprix à Périgueux, hier. Ils furent parmi les premiers à soulever le problème du travail dominical. En 2011, l’inspection du travail avait contesté le projet d’ouverture dominicale du magasin de Périgueux. Déboutée devant le tribunal puis en appel, l’enseigne avait persisté et s’était pourvue en cassation. Force ouvrière s’était portée partie civile. La décision de la juridiction n’est pas encore connue. Mais pour Jean-Claude Mailly, les choses sont claires : "Travailler le dimanche doit rester une exception."

extait de l'article paru dans SUD OUEST

http://www.sudouest.fr/2014/01/23/jean-claude-mailly-pret-a-la-bagarre-1438256-1980.php

Mardi matin, Jean-Claude Mailly, secrétaire général de la confédération Force ouvrière (FO), participait à Paris aux vœux du président François Hollande "aux acteurs de l'entreprise et de l'emploi". Quelques heures plus tard, il gagnait Périgueux pour participer au Théâtre, devant un parterre de 150 adhérents, aux vœux de l'Union départementale FO.

Le syndicaliste aurait souhaité annoncer en primeur à cette occasion un lot de bonnes nouvelles aux militants périgordins. Il n'en a rien été. Selon lui, le président ne veut toujours pas rompre avec la "politique de rigueur et d'austérité" engagée depuis le début de son quinquennat. Prisonnier selon lui du pacte budgétaire européen, qu'il s'était pourtant engagé à renégocier, le président mène une politique "sociale libérale", qui se traduit par le recul des droits sociaux, des retraites, la remise en cause de services publics, le gel des salaires et des manœuvres contre-productives pour l'emploi.

  • « Logique libérale »

"Le gouvernement est dans une logique libérale d'aide aux entreprises", a-t-il estimé mardi matin au centre hospitalier de Périgueux, lors d'une conférence de presse. Jean-Claude Mailly en veut pour preuve le projet de pacte de responsabilité défendu par le président. "Il s'adresse au patronat en leur proposant d'alléger leurs charges et les contraintes administratives en échange de créations d'emplois. Cela ne marchera pas. Il est impossible d'obliger les entreprises à créer des emplois. On sait qu'elles n'embauchent que si elles en ont besoin." Pas question donc, pour Force ouvrière d'apposer sa signature au bas de ce pacte "qui n'est autre qu'un marché de dupe".

  • Pour la continuité des soins

Le secrétaire général, qui a rencontré hier matin le directeur des hôpitaux de Périgueux, Sarlat et Lanmary, Thierry Lefebvre, a par ailleurs fait état des difficultés rencontrées par l'hôpital de Sarlat, où le remplacement du service de chirurgie conventionnelle par de la chirurgie ambulatoire est devenu inéluctable. "Sarlat a connu beaucoup de problèmes, y compris de sécurité médicale. Mais il faut assurer la continuité des soins, c'est une nécessité pour ce bassin de population."

Jean-Claude Mailly a appelé à la vigilance. "J'ai souvent vu des hôpitaux où la suppression d'un service en entraînait une autre, jusqu'à ce qu'on transforme la structure en simple Ehpad (1)."

Juliette Gordet, secrétaire départementale des services santé FO, a par ailleurs dénoncé la dégradation des conditions de travail dans les hôpitaux. « Cela se caractérise à Périgueux par un absentéisme de 14 % dû à une usure professionnelle. Les salariés sont à bout », assure-t-elle.

Face à une conjoncture défavorable aux salariés, aux retraités et aux demandeurs d'emploi, le syndicat cherche à mener des actions efficaces. "S'il le faut, nous irons à la bagarre", a prévenu Jean-Claude Mailly, tout en reconnaissant que la partie serait difficile. "Nos militants ont conscience que les meetings et les manifestations ne suffisent pas. Mais une grève ne s'improvise pas", a-t-il conclu.

(1) Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes.

"Travailler le dimanche doit rester une exception"

Le secrétaire général de FO a aussi rencontré des salariés de Monoprix à Périgueux, hier. Ils furent parmi les premiers à soulever le problème du travail dominical. En 2011, l’inspection du travail avait contesté le projet d’ouverture dominicale du magasin de Périgueux. Déboutée devant le tribunal puis en appel, l’enseigne avait persisté et s’était pourvue en cassation. Force ouvrière s’était portée partie civile. La décision de la juridiction n’est pas encore connue. Mais pour Jean-Claude Mailly, les choses sont claires : "Travailler le dimanche doit rester une exception."

FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO