Un dimanche de plus offert aux hypermarchés

  • REPOS DOMINICAL oui, TRAVAIL DU DIMANCHE non
  • Revue de presse

Plusieurs grandes surfaces de l’agglo de Tours profitent d’une erreur administrative pour inscrire quatre ouvertures dominicales à leur calendrier 2012.

 

C'est l'histoire d'une erreur administrative lourde de conséquences ! Le 10 novembre dernier les différents acteurs du commerce tourangeau (élus, syndicalistes, directeurs de magasins, représentants d'unions commerciales, etc.) se sont retrouvés lors d'une réunion consacrée aux ouvertures dominicales. Il s'agissait, comme cela est devenu une habitude, d'adopter une position commune pour éviter la cacophonie et une concurrence sauvage. En France, la législation autorise les maires à accorder cinq dimanches. Dans l'agglomération de Tours, il était convenu depuis plusieurs années de fixer quatre dates (le premier dimanche des soldes d'hiver et les trois qui précèdent Noël, le cas de la braderie de Tours étant à part), en demandant aux hypers d'en retenir seulement trois, à leur convenance.

Au cours de cette fameuse réunion, présidée par Alain Dayan, l'adjoint au maire de Tours en charge du commerce, il a été convenu de reconduire cet accord, sans modification. Ce que confirme Jean-Jacques Hebras, le président de l'Union des commerçants et des artisans de Tours.
Oui, mais voilà : lorsque le procès-verbal a été rédigé, cette précision a été oubliée, laissant du coup la possibilité aux hypermarchés d'ouvrir un dimanche supplémentaire. « Dès que nous avons reçu le texte, nous avons alerté Alain Dayan par téléphone, avant de lui envoyer un courrier, en date du 21 décembre », explique Grégoire Hamelin, le secrétaire général de l'union départementale Force ouvrière. Sans réponse à ce jour…
Les directions des hypers Auchan, de leur côté, ne sont pas restées les bras croisés. Pour elles, un jour d'ouverture supplémentaire, c'est une belle opportunité d'augmenter leur chiffre d'affaire, à l'image du magasin de Chambray-lès-Tours où le personnel a appris, lors d'un comité d'entreprise extraordinaire, qu'il travaillerait un dimanche de plus en 2012, sur la base du volontariat.
« En fait les salariés concernés n'ont pas vraiment le choix », affirme Grégoire Hamelin qui estime, avec les délégués syndicaux concernés, que le nombre des volontaires « naturels » ne dépasse pas 20 %. Et déplore qu'Alain Dayan soit parti en vacances jusqu'au 20 janvier à l'étranger (où il est injoignable) sans avoir réglé le problème. Son retour risque d'être difficile.

 

Colère syndicale

Outre la colère des syndicalistes, il devra affronter la grogne des commerçants indépendants du centre-ville qui vont devoir, dès le 15 janvier – premier dimanche de la période des soldes d'hiver – faire face à la concurrence imprévue des trois hypers Auchan… et de leurs galeries marchandes dont les occupants sont tenus, contractuellement, d'ouvrir aussi ce jour-là. Un pari que les autres grandes enseignes ne tenteront pas. Sans doute parce qu'elles ont fait leurs comptes et estiment que le jeu n'en vaut pas la chandelle, au regard des charges à engager. Car le pouvoir d'achat des consommateurs n'est pas extensible.

 

galeries marchandes

" Ça ne vaut pas le coup... "

Rémy Demousseaux, qui a repris le magasin de La Presse dans la galerie marchande du centre commercial de La Pyramide, à Auchan Saint-Cyr, a ouvert deux dimanches en décembre. Il recommencera le 15. « Mais ça ne vaut pas le coup. On fait un quart de journée, en chiffre. Nous avons affaire à une clientèle de balade les dimanches ouverts. Nos clients sont des habitués qui viennent deux, trois fois la semaine et qui n'attendent pas le dimanche pour aller dans les magasins. » Les enseignes de service, la photo, la pharmacie, l'opticien seront fermés. Le bar, la boulangerie resteront ouverts, au moins le matin… « Les seuls commerces qui travaillent gentiment sont les bijouteries, les parfumeries, et les magasins de vêtements. »


billet

Erreur

Une erreur dans la rédaction d'un document, cela peut arriver. Mais ne pas en tenir compte alors qu'elle est dûment signalée, c'est beaucoup plus gênant ! Pourquoi Alain Dayan n'a-t-il pas pris au sérieux, en temps et en heure, les remarques de l'UD Force ouvrière qui avait soulevé le lièvre ? Il faudra attendre le retour de vacances de l'intéressé pour le lui demander. Mais si jamais il comptait sur la compréhension des hypermarchés concernés pour respecter l'esprit plutôt que la lettre, c'est la preuve d'une certaine naïveté. A moins que le spécialiste des transports aériens ne soit aussi tête-en-l'air… Alors que la question du travail dominical marquera une importante fracture entre le président sortant et François Hollande lors de la campagne présidentielle, c'est en tout cas un épisode malvenu pour un élu socialiste !

 

Saint-Pierre cas particulier

Cas particulier dans l'agglomération : Saint-Pierre des Corps où, par principe, la sénatrice maire, Marie-France Beaufils, n'autorise que trois dimanches d'ouverture. D'autre part, le magasin Carrefour des Atlantes a tout intérêt à gérer au plus juste le nombre d'ouvertures le dimanche : les accords d'entreprise prévoient un salaire triple ce jour-là, ce qui motive de nombreux volontaires.

 

Christophe Gendry
FO COMMERCE - commerce@fecfo.fr -  Hébergé par Overblog

Repos dominical - FEC FO