Les autres actions FO

Mardi 23 septembre 2014 2 23 /09 /Sep /2014 23:32

Lettre à Monsieur le Député Meunier concernant le Travail du dimanche

Lyon, le 22 septembre 2014

 

Monsieur le Député,

 

Considérant l’entretien de ce jour, à votre demande et pour entendre notre Organisation quant à sa position sur le travail du dimanche, je vous pose par écrit quelques éléments et arguments relatifs à ce sujet.

L’amendement Debré (ameublement) a fait peser une menace sur le travail du dimanche et donc sur l’emploi et la volonté affichée du gouvernement de « passer en force » sur ce thème apparaît aux yeux de notre Organisation Syndicale comme une provocation envers le monde du travail et comme un certain déni de démocratie.

En effet, toutes les généralisations en la matière ne profiteront qu’aux entreprises suffisamment fortes pour de telles ouvertures 7 jours sur 7 et ce sont ainsi les grandes entreprises qui en sortiront grandies.

C’est pourquoi, il convient de poser la question des achats et du pouvoir d’achat, aspect non extensible des ménages autrement qu’à la hauteur de ce qui est consacré pour une catégorie de dépenses.

Les transferts d’achats par les consommateurs de la semaine vers le dimanche impacteront-ils réellement le chiffre d’affaires et les résultats des entreprises ?

Quelles sortes d’emplois seraient créées ? Précaires ? Temps partiels ? CDI ou CDD ? A quel salaire ?

Comment faire autrement qu’avoir une réelle présentation et analyse sérieuse des impacts économiques et sociaux ?

Pour FO, être opposé au travail du dimanche, c’est :

 

  • respecter le dimanche comme jour intangible de repos pour les salariés (les commerçants de proximité de type boulangerie, boucherie etc.…sont déjà ouverts depuis longtemps),
  • Constater, de manière claire, que l’ouverture 7j/7 n’augmentera pas le pouvoir d’achat,
  • Avoir des emplois durables, de qualité et avec des conditions de travail décentes,
  • Considérer que le repos dominical est un facteur social, familial et d’unité républicaine entre citoyens salariés,
  • Ne pas ouvrir la possibilité du volontariat car de telles démarches n’impliquent pas d’être dans l’illégalité (sinon, c’est une forme de recours à « l’esclavage » choisi),
  • La destruction quasi certaine d’emplois par milliers dans les petits commerces,
  • Le respect des lois comme celle de 1906, qui a posé clairement que le repos dominical était un choix majeur dans la protection de la santé et sécurité au travail pour les salarié(e)s,
  • Considérer que le code du travail exige qu’un repos hebdomadaire doit être donné le dimanche et qu’il est ainsi interdit de faire travailler un salarié plus de 6 jours par semaine (articles L.3132-1 et L.3132-3 du code du travail),
  • Le respect indispensable de la convention 106 de l’O.I.T (droit au repos dominical).

 

En conclusion, outre le respect des droits des travailleurs, le repos dominical est un véritable enjeu social car il garantit le bien vivre ensemble et la place de l’Humain au travail et en société.

En vous remerciant pour cet entretien, recevez nos respectueuses salutations.

 

Pascal LAGRUE

 

http://fo69.fr/lettre-monsieur-le-depute-meunier-travail-du-dimanche/


Publié dans : Les autres actions FO - Communauté : FO
Mercredi 17 septembre 2014 3 17 /09 /Sep /2014 17:50

NON À L’OUVERTURE DES COMMERCES LE DIMANCHE

 

Les Unions départementales FO et CGT Moselle saisissent le tribunal administratif et demandent l’annulation de l’arrêté du Préfet.

 

Le Préfet de Moselle a permis par un arrêté du 16 juillet 2014 l’ouverture, les dimanches et jours fériés, des commerces d’alimentation de moins de 120 m2 et la tenue de marchés.

 

Les Unions départementales CGT et FO Moselle avaient dénoncé immédiatement cette décision prise sans aucune consultation des organisations syndicales et qui, par ailleurs, conduira très rapidement à la généralisation et à la banalisation de l’ouverture des commerces le dimanche ; le Préfet s’est fait de ce point de vue le porte parole exclusif des intérêts partisans de certains commerçants

 

Les Union départementales FO et CGT contestent non seulement la prétendue nécessité de cette nouvelle dérogation à l’interdiction d’ouvrir les commerces le dimanche, et dénient toute compétence au Préfet en la matière. C’est la raison pour laquelle elles ont chacune saisi le tribunal administratif de Strasbourg le 16 septembre pour demander l’annulation de cet arrêté.

 

Elles tiendront une conférence de presse jeudi 18 septembre à 14 heures 30 dans les locaux de l’Union départementale FO, 24 rue du Cambout à Metz.

 

http://57.force-ouvriere.org/COMMUNIQUE-DE-PRESSE-DES-UD-FO-ET


Publié dans : Les autres actions FO - Communauté : FO
Mardi 2 septembre 2014 2 02 /09 /Sep /2014 17:39

Le travail du dimanche revient sur le devant de la scène à l’occasion de cette rentrée de septembre déjà bien chargée sur le plan de l’actualité économique et sociale.

Le Gouvernement souhaite faire passer sa réforme du travail du dimanche par voie d’ordonnance sans qu’il y ait ainsi de véritable débat parlementaire. Une telle démarche ne peut que susciter une désapprobation de notre part. Pour rappel, le rapport Bailly de décembre 2013 indiquait que l’examen de l’ensemble de ces propositions gagnerait à être précédé d’une concertation nationale interprofessionnelle. Force Ouvrière se montrera vigilante quant à la tenue d’un tel débat et ne manquera pas de faire valoir ses positions durant cette concertation.

Le travail du dimanche ne favorise pas davantage la consommation. Le pouvoir d’achat des ménages n’est pas extensible en ces périodes de crise. L’ouverture plus large des magasins le dimanche nuira très certainement aux petits commerces, qui n’auront pas toujours la possibilité d’ouvrir 7 jours sur 7, et par voie de conséquence à ses salariés. Au surplus, le travail du dimanche déstructure la vie privée et familiale et favorise le travail à temps partiel.

Pour toutes ces raisons, FO s’est toujours montrée hostile à toute extension du travail dominical. Force Ouvrière ne cesse de rappeler que le travail dominical doit garder un caractère dérogatoire et exceptionnel. Demain, l’exception ne doit pas devenir la règle !

http://www.force-ouvriere.fr/Travail-du-dimanche-oui-a-la


Publié dans : Les autres actions FO - Communauté : FO
Jeudi 24 juillet 2014 4 24 /07 /Juil /2014 17:16

L'Union départementale des syndicats FO de Moselle a pris connaissance par la presse de la décision du Préfet de généraliser, par un arrêté du 16 juillet, l'ouverture des commerces alimentaires (épiceries de moins de 120 m2) tous les dimanches et jours fériés.

 

Le Préfet de Moselle démontre ainsi par la pratique au niveau local, la réalité de la méthode gouvernementale sur le dialogue social.

 

En effet, cette décision préfectorale autoritaire remet en cause près 60 ans d'application du droit local en Moselle sans aucune consultation, ni information préalable des organisations syndicales du département.

 

Le Préfet ne peut pas se prévaloir du rapport élaboré par le CESE de Lorraine, ni même d'un échange entre les services de la préfecture et les syndicats le 1er avril dernier pour s'exonérer d'un vrai processus de consultation sur cette décision spécifique.

 

Cette méthode qui consiste à avancer masqué, en taisant les objectifs réels qui sont de satisfaire en permanence les exigences patronales, est indigne d'un État républicain et bafoue les principes les plus élémentaires de démocratie et de respect des interlocuteurs sociaux.

 

Cette décision est d'autant plus inacceptable qu'elle n'est vraisemblablement que la première étape d'un processus d'assouplissement et de déréglementation du droit local qui pénalisera une fois de plus les salariés ; comme en atteste la réaction dans la presse du 23 juillet des responsables patronaux locaux qui applaudissent des deux mains et demandent déjà aux pouvoirs publics d'aller plus vite, plus loin, plus fort (le fait qu'ils puissent s'exprimer sur cette question dans la presse dès le 23 juillet tend à prouver qu'eux au moins étaient informés).

 

Qu'ils se rassurent, le Préfet, comme le gouvernement, ont fait la démonstration qu'ils ne représentent plus l'intérêt général mais exclusivement l'intérêt particulier et mercantile des chefs d'entreprises.

 

L'Union départementale FO Moselle rappelle que les dispositions du droit local reposent sur un équilibre fragile qui doit être préservé, et réaffirme son attachement au principe du repos le dimanche et les jours fériés et à l'interdiction d'ouverture des magasins dans ce cadre.

 

L'Union départementale décidera dans les prochains jours si elle saisit le tribunal administratif pour faire annuler cette décision.

 

________________________________


Union départementale FO MOSELLE 

24 rue du Cambout - BP 30229 – 57005 METZ CEDEX 1 

03.87.75.64.65

 

udfo57@force-ouvriere.fr

http://57.force-ouvriere.org

 


Publié dans : Les autres actions FO - Communauté : FO
Mercredi 23 juillet 2014 3 23 /07 /Juil /2014 05:26

Les politiques d’austérité imposées par le gouvernement et le Medef, en France comme dans d’autres pays européens, nous appellent à une riposte du « Tous Ensemble » (travailleurs, clients,…).

 

À entendre le président du MEDEF qui, sans rougir, affirme : « Empêcher des enseignes d’ouvrir LE SOIR ou LES DIMANCHES, quand il existe une « demande » des salariés et des consommateurs, est emblématique de ce type de blocage qui a mis le pays dans l’état dans lequel il est », on croît rêver. La manipulation de l’opinion publique repart de plus belle !

 

Pour lui, donc, les politiques d’austérité et de restriction imposées par la finance mondiale n’y sont pour rien ! Il suffirait de consommer encore et toujours plus pour que tout aille bien dans le meilleur des mondes ?

 

Pour nous, un projet dans lequel nous serions réduits à n’agir qu’en simple consommateur, sans plus aucun jour commun pour échanger et partager, est un projet de société qui fera de nos enfants les premières victimes !

 

Par ailleurs, il est absolument faux de prétendre que l’ouverture de ces grandes enseignes multinationales résoudra le chômage de masse ! Cela l’aggravera au contraire, avec la destruction de milliers d’emplois dans le petit commerce ! Le seul type d’emplois que ces grands groupes sont capables de développer avec ces ouvertures sont des emplois précaires : à durée déterminée, à la chaîne, à temps partiel imposé, sous forme de professionnalisation ou de génération, etc.

 

Comment peut-on parler de « volontariat », dans ces conditions, et face à des travailleurs pauvres ?

 

Qu’adviendra-t-il, en outre, dans d’autres secteurs d’activités (transporteurs, services, garderie d’enfants, etc.) quand les mastodontes de la Distribution resteront portes toutes grandes ouvertes 24/24h et 7/7 jours ?

 

Pour la CGT et Force Ouvrière, le « travailler plus pour consommer plus » n’est pas un but en soi ! D’autres choix de société existent.

 

Force Ouvrière et la CGT défendent ensemble le repos dominical et disent non au travail du dimanche ! POUR DÉVELOPPER LE PROGRÈS SOCIAL, POUR PRÉSERVER L’HARMONIE FAMILIALE, COMBATTONS ENSEMBLE L’OUVERTURE DES GRANDES SURFACES LE DIMANCHE.

 

Montreuil, le 22 juillet 2014

 

CONTACT(S)

Claudette MONTOYA, Déléguée nationale Carrefour hypermarchés

Tél. : 06 18 91 90 87

Michel ENGUELS, FO FGTA  - Tél. : 06 07 06 71 68


Publié dans : Les autres actions FO - Communauté : FO

TRANSLATE

english2.gif

Rechercher

Recommander

inFO en VIDEO

W3C

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés