Communiqués FEC FO

Mardi 30 septembre 2014 2 30 /09 /Sep /2014 09:23

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Après la menace de l’ordonnance du 1er ministre, pour remettre en cause le Repos Commun hebdomadaire dans le Commerce, le Cabinet du Ministère du travail, assisté par le ministère de l’économie, consulte les organisations syndicales.

 

La Fédération des Employés et Cadres faisait partie de la délégation FO qui a été auditionnée.

 

Toute consultation mérite un diagnostic sur l’impact d’une telle contre-réforme.

 

Au-delà de l’attachement de FO au Repos Hebdomadaire Commun, la délégation a su pointer du doigt des impacts évidents qui n’ont jamais été quantifiés.

 

Les impacts sur :

-          la désocialisation des salariés et de leurs familles,

-          le commerce de centre-ville (TPE et PME) et ses emplois,

-          le devenir des emplois de la semaine,

-          le type d’emplois proposés en soirée et en week-end,

-          les conditions de travail du fait du transfert d’activité de la semaine ou de la journée vers le week-end et la nuit,

-          la politique salariale, pour forcer le volontariat…

 

Ces questions fondamentales s’opposent aux annonces fantaisistes du MEDEF sur des emplois qui surgiraient par milliers dans le commerce.

 

Le chant des sirènes patronales, des grandes enseignes, cache la réalité de l’emploi du commerce qui a tendance à réduire, à cause des caisses automatiques, des bornes d’information, et de l’autoconcurrence développée par le net et les drives. Sans oublier les distorsions de concurrences organisées. Cette recette favorise l’augmentation de la précarité et des faibles niveaux de salaire qui créent de plus en plus de salariés pauvres bénéficiant du RSA, pour certains.

 

Malgré les nombreux cadeaux faits au patronat du Commerce (CICE et Pacte de responsabilité), la philanthropie patronale n’est pas au programme. La masse salariale est compressée pour augmenter les bénéfices.

Les représentants des ministères avaient l’air convaincu du bien fait du travail du dimanche et en « soirée » (les soirées sont longues jusqu’à 22h, voire minuit), en particulier pour SEPHORA sur les Champs-Elysées.

Ce parfum ressemble à celui offert à Conforama et IKEA avec l’amendement de la Sénatrice Isabelle DEBRE et le décret du Bricolage offert à LEROY MERLIN et KINGFISHER… et maintenant une futur loi SEPHORA sur le travail de nuit ?

 

Ils nous ont vanté les bienfaits du dialogue social dans les « territoires » pour développer leur politique.

FO en a déjà quelques expériences, là où il y a négociation le nombre de dimanches ouverts diminue dans de grandes villes en Province. Par contre, quand les représentants de l’Etat et les Préfets s’en mêlent, c’est pour imposer la généralisation. Comme dernièrement à METZ, l’Union Départementale FO 57 a demandé au Tribunal Administratif l’annulation de la décision, autoritaire, du Préfet.

 

FO ne confond pas la nécessité et le confort. Il est vital d’assurer les ouvertures du dimanche des urgences hospitalières dans de bonnes conditions, ce qui n’a rien à voir avec un magasin de bricolage.

 

FO reste mobilisée contre toutes volontés de destruction du code du travail et des conventions collectives.


Publié dans : Communiqués FEC FO - Communauté : FO
Vendredi 19 septembre 2014 5 19 /09 /Sep /2014 15:24

COMMUNIQUE DE PRESSE

Dans sa prose mensuelle imposée à ses salariés (jointe avec leur fiche de paie), le PDG de BRICORAMA, Jean-Claude BOURRELIER, leur reproche à mots couverts des « ventes décevantes ».

Il pointe du doigt son personnel en lui reprochant qu’il n’a pas su « analyser et corriger les familles et les rayons » pour palier au « temps… catastrophique avec un nombre de jours de pluie record ! ».

Peut-être un problème d’embauche ? Il lui faudrait des vendeurs météorologues, voire des shaman pour empêcher la pluie.

Le clou de sa com reste le constat : « l’analyse des chiffres montre qu’au cumul depuis le début de l’année, nous n’avons reçu que le même nombre de clients qu’en 2013 alors que nous avons le bénéfice de l’ouverture du dimanche. ».

C’est pourtant, ce qui a été développé par FO, à chaque occasion qui lui a été donnée. L’ouverture d’un 7ème jour n’offre pas plus de pouvoir d’achat aux clients.

Comme ce fut le cas, devant la Mission d’Information et d’Evaluation du Conseil de Paris sur le travail dominical et nocturne, réunie hier.

Dans le même édito, BRICORAMA annonce des bons d’achats, uniquement délivrés un vendredi et un samedi.

Ces offres qui n’étaient faites que le dimanche pour attirer les clients sont maintenant utilisées pour pallier des ouvertures dominicales décevantes.

La seule augmentation du chiffre d’affaires sera les parts de marché prises aux voisins, quand les gros du bricolage briseront les reins des petits. Comme c’est le cas dans l’ameublement pour le groupe Mobilier européen, propriétaire des magasins d’ameublement Atlas, Fly et Crozatier, qui a demandé, mercredi dernier, son placement en redressement judiciaire. IKEA et CONFORAMA doivent se frotter les mains.

La défense du Repos dominical, c’est la défense de l’emploi.


Publié dans : Communiqués FEC FO - Communauté : FO
Lundi 1 septembre 2014 1 01 /09 /Sep /2014 13:34

Malgré la fermeture de FLY et l’augmentation du chômage, le gouvernement aurait l’intention de passer en force la généralisation du travail le dimanche.


Depuis l’amendement Debré à la loi Chatel, FO alerte sur la menace du travail du dimanche, qui pèse sur l’emploi.


La généralisation du travail du dimanche ne profitera qu’aux entreprises qui auront la force d’ouvrir 7/7 jours et dans la durée.
C’est encore les grandes entreprises du commerce qui sortiront gagnantes.


Pourquoi se priver d’une discussion parlementaire sur le sujet et de regarder sérieusement les impacts économiques et sociaux ?


On nous promet des emplois, mais de quelles sortes ? Des temps partiels au smic ?
Au détriment des emplois de la semaine qui sont pour partie en temps plein et concernent des emplois permanents ? Que deviendront les salariés concernés par le transfert d’activité de la semaine vers le dimanche ?


Non seulement le syndicat FO est attaché au Repos le dimanche, mais aussi à l’emploi.

C’est pour cela que la FEC FO a porté la discussion au niveau international à travers sa saisine de l’OIT pour le respect de la convention 106 « le repos hebdomadaire commun ».

La FEC FO se félicite du jugement rendu par le Conseil des Prud’hommes de Montmorency qui a déclaré la dérogation permanente de droit au repos dominical des salariés dans le secteur de l’ameublement (Loi Chatel) contraire à la C106 de l’OIT.


Publié dans : Communiqués FEC FO - Communauté : FO
Jeudi 24 juillet 2014 4 24 /07 /Juil /2014 09:24

La Fédération des Employés et Cadres FO a saisi aujourd’hui le Bureau International du Travail d’une réclamation contre l’Etat français au titre de ses manquements à la Convention 106 de l’Organisation Internationale du Travail relative au repos hebdomadaire dans les commerces et bureaux.

 

travail+dimanche+fo.jpg

Cette réclamation s’inscrit dans la continuité des démarches de la CGT-FO en vue d’obtenir de la France le respect de ses engagements ; les observations adressées à celle-ci par la Commission d’Experts auprès de l’OIT étant demeurées vaines.

 

 

A l’appui de sa réclamation, la FEC FO a fait état de violations directes de la Convention par la mise en œuvre de régimes spéciaux pour les secteurs de l’ameublement (amendement Debré), du bricolage (décret SAPIN) et également à la suite de l’adoption de la Loi du 10 août 2009 (loi Mallié) qui permet aujourd’hui à toutes sortes de commerces de faire travailler ses salariés le dimanche en dehors de toute nécessité au détriment du droit des salariés à disposer d’une journée de repos commun au reste de la société.

 

"Quelle vie privée, quelle vie de famille lorsque, à terme, l'un des parents travaillera le samedi, l'autre le dimanche et auront des jours de repos hebdomadaires différents, alors que, justement, notre société souffre déjà d'une déstructuration des liens familiaux ?" question posée, en 2008, à Richard Mallié par Jean Claude Mailly.

 

 

La FEC FO dénonce également l’octroi régulier de dérogations abusives par l’administration d’Etat ainsi que le caractère insatisfaisant de la réglementation interne en cas de violation des règles aboutissant à rendre totalement illusoire le principe du repos dominical, et ce notamment du fait de la jurisprudence récente du Conseil Constitutionnel ayant mis un terme au caractère suspensif des recours contre ces dérogations.

 

Comme la Commission d’Experts Internationaux de l’OIT, la FEC FO constate également l’extension progressive et constante du champ des régimes spéciaux qui affecte de plus en plus de salariés au nom du principe d’égalité qui n’est pas appliqué comme un principe tendant vers une amélioration de la norme sociale, mais plutôt au détriment des droits des salariés.

 

Dans un contexte économique difficile, la puissance économique permet aujourd’hui de sacrifier les droits des salariés obtenus après une lutte syndicale importante depuis de très nombreuses années et dont la FEC FO a fait l’un de ses combats depuis son origine. Combats partagés avec sa Confédération, depuis toujours, et en particulier avec Léon JOUHAUX – Secrétaire Général de 1909 à 1947, cofondateur du BIT, qui portait la revendication de la semaine anglaise (2 jours de repos consécutif dont le dimanche).

 

 


Publié dans : Communiqués FEC FO - Communauté : FO
Mercredi 2 juillet 2014 3 02 /07 /Juil /2014 16:03

La section COMMERCE de la Fédération des Employés et Cadres se félicite des actions menées par les militants de la FGTA FO contre le travail du dimanche.


Elle appelle tous les militants du commerce non alimentaire à prêter mains forte aux militants du commerce alimentaire.


Si les Hypermarchés se mettent à ouvrir le dimanche, ils entraineront les galeries marchandes comme c'est déjà le cas pour les jours fériés.

Les entreprises du commerce savent ouvrir illégalement un grand nombre de jours fériés, ils seront en faire de même pour le dimanche.

Attention, les commerces de centre-ville, les marchés de nos villes et villages sont condamnés.


C'est une provocation de plus pour peser sur la législation à venir.


FO s'opposera à la remise en cause du Repos commun hebdomadaire, contre la destruction d'emploi des marchés et des magasins de centre-ville.

 


Publié dans : Communiqués FEC FO - Communauté : FO

TRANSLATE

english2.gif

Rechercher

Recommander

inFO en VIDEO

W3C

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés