Communiqués FEC FO

Mardi 22 avril 2014 2 22 /04 /Avr /2014 12:30

On ne présente plus le patron martyr Jean-Claude Bourrelier, la grande victime, tel qu’il est présenté dans les médias.

Le revers de la médaille, « Légion d’honneur » fraichement épinglée, est tout autre.

 

Ce « pôvre » patron, à la tête d’une fortune de 195 M€, est toujours à la 256ème place du classement de Capital.

Cette fortune, qu’il doit évidemment au travail fourni par les salariés, s’est réalisée en partie dans le plus grand mépris de leurs droits.

Il aura fait travailler des salariés illégalement le dimanche sans que les pouvoirs publics réagissent.

 

Au courrier de FO lui demandant de respecter la classification des salariés, il répond avec fantaisie que sa priorité c’est les clients… Nous comprenons qu’à travers ses clients, c’est surtout ses marges.

 

Aux propositions, dans le cadre du dossier du dimanche, que FO lui a fait pour abandonner les poursuites en contrepartie d’un reversement substantiel des astreintes aux salariés, il n’offre que des réponses fantaisistes.

 

Pour FO COMMERCE, le cumul des récompenses :

- le décret sur l’ouverture des magasins de bricolage le dimanche, dont il est l’un des plus grands bénéficiaires,

- et maintenant la légion d’honneur,

risque d’être perçu comme une forme d’encouragement à braver la loi.

 

_________________________________________________

Petit Rappel sur le dossier Bricorama et le dimanche : http://fecfocommerce.unblog.fr/2013/09/10/lettre-ouverte-a-bricorama-fo-toujours-pour-la-neociation/

 

Petit rappel sur le dossier des classifications chez BRICORAMA : http://fobricorama.unblog.fr/2013/06/05/non-respect-des-droits-des-salaries-fo-bricorama-ecrit-a-la-direction-generale/

 

autres infos : http://fecfocommerce.unblog.fr/search/bricorama


Publié dans : Communiqués FEC FO - Communauté : FO
Jeudi 10 avril 2014 4 10 /04 /Avr /2014 17:34

FO déplore que le Conseil d’Etat n’ait pas tenu la même position devant le même décret.

 

Le décret n’étant pas suspendu, cela permettra aux Grandes Enseignes délinquantes du bricolage et/ou de spécialistes de la déréglementation, d’ouvrir en toute légalité.

 

Tous les autres secteurs concurrents : quincaillerie, vendeurs de couleurs, magasins d’art de la table, négoces de matériaux vont subir une concurrence déloyale qui se soldera par la destruction d’emplois.

 

La DGT joue un rôle de facilitateur en traitant prioritairement l’accord Bricolage qui découle du décret, grâce à une procédure hyper accélérée dont ne bénéficient pas les accords sur les salaires. Du jamais vu !

 

Nos craintes sont renforcées avec la volonté de légiférer dans un tel contexte.

 

FO continuera à défendre le repos dominical devant toutes les juridictions nationales et internationales.


Publié dans : Communiqués FEC FO - Communauté : FO
Jeudi 20 mars 2014 4 20 /03 /Mars /2014 09:46

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Mercredi 19 mars, la FMB a brillé par son incapacité à répondre aux demandes dans le cadre du suivi de l'accord qui favorise le travail du dimanche, fraichement signé.

Même les signataires ne sont pas satisfaits… certains évoquent le non-respect de l'esprit de l'accord.

 

La FMB est :

-          incapable de donner le nombre d'emplois créés le dimanche,

-          incapable de donner le nombre de temps partiels passés en temps plein pour ceux qui travaillent le dimanche,

-          incapable de donner le nombre d'accidents de travail survenus le dimanche…

 

Il n'y a que le gouvernement qui est CAPABLE de donner un décret sans contreparties à des entreprises INCAPABLES socialement.

 

Cette branche a rejeté les demandes précises formulées par FO sur le suivi des accidents du travail survenus le dimanche. Avec près de 5000 AT dans la branche en 2013, le suivi est à la hauteur de l'implication de la branche pour endiguer ce bilan catastrophique.

 

Accidents du travail et dimanche, quel lien ?

Les risques d'accidents du travail sont plus importants quand les salariés ne sont pas formés professionnellement sur la sécurité. Ce qui est le cas pour les salariés ne travaillant que le week-end.

 

Pour FO, nous ne sommes pas dupes, ni dupés. Nous attendons le net entre créations et destructions d'emplois.

-          Combien d'emplois en semaine ont disparu ?

-          Combien d'emplois des TPE ont et vont disparaître ?

 

Cette situation ne fait que renforcer l'urgence de combattre le travail désocialisant, le travail du dimanche.

 

Paris, le 20 mars 2014

Contact :

-          Christophe LE COMTE - Secrétaire de la Section fédérale du Commerce

      Tél. : 01 48 01 91 33 – 06 68 66 25 24


Publié dans : Communiqués FEC FO - Communauté : FO
Jeudi 13 mars 2014 4 13 /03 /Mars /2014 23:07

Alors que le Conseil constitutionnel rendra, ce vendredi 14 mars, sa décision sur le travail de nuit dans les magasins Sephora et a repoussé au 28 mars celle sur le travail du dimanche, la CGT Commerce et services et la Section Commerce de la FEC FO dénoncent le nouveau décret autorisant les ouvertures dominicales dans le bricolage signé par le Premier Ministre, vendredi 7 mars 2014.

 

Tournant le dos aux aspirations des salariés de ce secteur, le gouvernement ouvre la porte à une déréglementation définitive des règles fixant le principe du repos hebdomadaire le dimanche.

 

Le nouveau texte est en effet conforme au précédent, sauf qu’il permet l’ouverture des magasins de bricolage le dimanche de manière définitive.

 

Outre, que le gouvernement prend donc le risque d’une nouvelle annulation devant le conseil d’état, cette décision du Premier Ministre est pour les fédérations CGT et FO du commerce en tout point contestable.

 

Sur la forme, l’utilisation de textes réglementaires pour légiférer permet au gouvernement de ne pas mettre cette question en débat devant l’assemblée nationale. Il contourne donc les institutions alors qu’il s’agit d’un véritable débat de société. C’est une nouvelle et scandaleuse attaque contre la démocratie sociale. C’est aussi un nouveau cadeau fait au patronat et un nouveau coup porté contre les conditions du travail et la relance de l’emploi.

 

Sur le fond, rien n’a en effet changé : ce décret vient à point nommé pour amnistier les enseignes du bricolage qui, depuis des mois, multiplient les infractions au repos dominical, alors même que les procédures engagées par les organisations syndicales aboutissent systématiquement à des condamnations importantes et fortement médiatisées.

Les Fédérations CGT et FO du commerce réaffirment que l’ouverture des magasins de bricolage le dimanche ne répond à aucune nécessité particulière si ce n’est d’enrichir un peu plus les actionnaires, au détriment de la vie des salariés.

 

Nous réaffirmons que le travail dominical et le travail de nuit doit rester exceptionnel dans des secteurs représentant une réelle nécessité. Nous appelons l’ensemble des salariés du commerce et des services à la mobilisation, à se mettre en grève et à manifester le 18 mars, tant sur leur lieu de travail que dans les territoires.

 

Contacts :

 

Christophe LE COMTE

Secrétaire Fédéral FEC FO
Section COMMERCE
06 68 66 25 24

 

Dominique HOLLE
Secrétaire Fédéral
Fédération CGT Commerce et Services
06 84 33 91 17


Publié dans : Communiqués FEC FO - Communauté : FO
Lundi 10 mars 2014 1 10 /03 /Mars /2014 17:35

Le Ministre du travail persiste et signe avec son deuxième décret commandé par la FMB et Bricorama. Aucun changement notoire dans ce nouveau décret, ni la méthode, ni le contenu, juste la durée et un champ d’application plus clair.

 

La méthode est du même acabit que celle utilisée pour le précédent décret qui avait été pondu le 31 décembre 2013. Ce dernier est publié un samedi pour permettre de prendre le relai des dérogations municipales (5 maxi par an).

 

Ce nouveau décret est un délai supplémentaire pour les enseignes qui pourront faire travailler leurs salariés légalement entre la suspension du premier et normalement, la suspension du nouveau.

 

Où sommes-nous, dans une République de droit ou de non droit ?

 

Le patronat fait ses courses pour dépouiller le Code du Travail et le Gouvernement est à la caisse… Problème, le Gouvernement leur rend la monnaie alors que la facture est supportée par les salariés.

 

FO continuera à défendre les droits des salariés, auprès du Conseil d’Etat, de l’OIT et devant toutes les juridictions compétentes.

 

Les rendez-vous sont pris :

  • Le 12 mars 2014 à 14 H - Salle de presse de la CGT 263 rue de Paris – 93100 Montreuil où aura lieu une conférence de presse commune FO et CGT
  • Le 18 mars, « c’est dans la rue que ça se passe », manifestation et grève.

Publié dans : Communiqués FEC FO - Communauté : FO

TRANSLATE

english2.gif

Rechercher

Recommander

inFO en VIDEO

W3C

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés